bayrou-bretagne.jpgAvel'zo (*) : Au pays du granit, François Bayrou, candidat au 2e tour de la présidentielle, rencontrait la semaine dernière, sous les vents frais du Finistère, de nombreux intervenants de l'exploitation de l'océan. Il s'en rendu au port de St Guénolé, où il a rencontré les professionnels de la criée : pêcheurs et industriels . A Brest, il s'est entretenu avec Philippe Marchand, directeur de l'IFREMER, spécialistes internationaux des océans et du climat, de la surveillance de l’état des eaux côtières, de l’économie de la mer et de biologie marine. Emmené par la SNSM, il a embarqué sur La Louve, l'un des navires de sauvetage dont est équippée la station du Conquet. Et ce qui nous a plu, c'est la façon dont Bayrou a su interpeller les pêcheurs sur les questions de gestion des resources : "contrairement aux apparences, personne n’est plus intéressé par la conservation de la ressource que les pêcheurs eux-mêmes"...

Visitant l'IFREMER, François Bayrou a pu apprécier les progrès de la recherche, notamment dans le domaine des fermes aquacoles, en plein développement. Là encore, le réalisme est frappant, comparé aux deux grands candidats des mass médias : "l’humanité, sa nourriture et sa survie dépendront de plus en plus de la mer et de ses ressources". commentant les activités de la SNSM (Société Nationale de Secours en Mer), il nous abreuve de belles paroles : "un signe pour notre société, une preuve que tout n’est pas marchand, tout n’est pas financier et tout n’est pas argent. Des activités humaines nécessaires et indispensables sont assurées par des bénévoles".

Droit à l'identité

"Il faut retrouver l’équilibre entre les centres de décisions pléthoriques parisiens et les centres de décisions régionaux"
Coté humain, Bayrou a su marquer sa différence en reprenant son thème décennal : la régionalisation. Au pays de la négation des droits des peuples, Bayrou affirme la pertinence des questions linguistiques dont le breton est un exemple tragique. S'entretenant avec les responsables de l'association culturelle Ti Ar Vro (Quimper), il s'engage : " Le droit à l’identité, personne ne peut vous en priver. C’est un droit élémentaire de la personne humaine "

Le candidat UDF a affirmé souhaiter que la France ratifie rapidement la charte européenne des langues régionales et minoritaires. En outre, il a aussi fait deux propositions pour la défense des langues régionales : l’enseignement, notamment par immersion, et les médias.

En savoir plus : site officiel

(*) Avel'zo : y'a du vent, en breton