Drôme : la biovallée vise un objectif 50% agriculture biologique

Regroupant une centaine de communes du département de la drôme sur plus de 10000 hectares en exploitation, la biovallée est une association loi 1901 qui aide les agriculteurs, structures, collectivités à se rapprocher de pratiques et consommation biologique. Initiée en 2012, la démarche rencontre un succès fou puisque sur le territoire concerné, 30% des exploitations agricoles sont biologiques ! Les objectifs sont ambitieux : atteindre 50% des surfaces agricoles certifiées en agriculture biologique et diminuer de 50% les intrants chimiques pour l’agriculture conventionnelle.

"Les agriculteurs ont choisi un mode de commercialisation qui les met à terre. Il faut aussi se poser la question des modes de production. Moi, je ne me sens pas touché par la même crise", lance Nicolas Koziel, exploitant  5 hectares de légumes et plantes aromatiques bio.

L'agriculture, et au delà

Et le projet ne concerne pas que l'agriculture : les collectivités encouragent le projet et les entreprises s'y mettent, accordant par exemple une prime aux adeptes des déplacements doux, comme le vélo. Cest ainsi le cas chez L'Herbier du Diois, un grossiste d'épices et de plantes aromatiques et médicinales, spécialité de la région. Dans cette entreprise nichée au pied du Vercors, à Châtillon-en-Diois, "on fait tous 35 heures mais sur quatre jours afin de mieux articuler vie professionnelle et vie privée. On a également une prime verte de 100 euros pour ceux qui viennent travailler à 75% avec des modes doux, à pied ou en vélo", explique Julie Marchand, la responsable qualité du site. Beaucoup s'y sont donc mis, comme Patrice, qui pédale 70 kilomètres aller/retour sur des routes de montagne tous les jours.

La Biovallée, "c'est une dynamique unique en France à cette échelle là: elle s'étale sur un tiers du département. Unique aussi parce qu'elle embarque une très grande diversité d'acteurs qui portent cette vision du territoire et le bio ou l'agroécologie comme modèles à suivre pour l'agriculture", analyse Sibylle Bui, sociologue qui vient de boucler une thèse sur le sujet.

Source : AFP / LACROIX

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *