On le sait, la Bretagne est une des régions largement sous équipée en moyens de production électrique, et ce malgré l'énorme potentiel renouvelable dont elle dispose : hydrolienne, éoliennes et exploitations par mini génératrices  des milliers de cours d'eau (les anciens moulins reprendraient du service) pourraient sans aucun doute alléger la dépendance énergétique d'une région qui a explicitement fermé ses paysages au nucléaire. Mais en ces heures hivernales, ultra consommatrices, la Bretagne a du mal a assumer sa soif d'énergie, faute d'équipements adaptés.  Initiative originale du distributeur national RTE, le dispositif EcoWatt a été rendu public sur internet début décembre par le biais d'un site grand public entièrement dédié à l'incitation à la sobriété. Son objectif est d'inciter les usagers à réduire sensiblement leur consommation d'électricité, notamment en période hivernale. L'inscription au service est gratuite, et le principe en est simple. Après avoir entré ses coordonnées sur le site Ouest-ecowatt.com, l'usager est prévenu, soit par SMS, soit par courriel, soit par un flux RSS, à chaque fois que la consommation d'électricité globale des habitants du Grand Ouest dépasse un seuil critique. Le site énumère également les bonnes pratiques à adopter en cas d'alerte afin de réduire sa consommation d'énergie (en chauffage, lumière...), en particulier dans la plage horaire la plus prisée, c'est-à-dire entre 17 heures et 20 heures. Selon le site d'EcoWatt, si l'on adopte cette politique des « bons gestes du quotidien », l'économie réalisée sur la facture d'électricité à la fin de l'année peut varier de 448 à 785 euros. Pour le moment, l'appel de RTE n'a été entendu que par 3 500 foyers sur les 1,8 million potentiellement concernés.