ecowatt : la décroissance des consommations électriques

 

La municipalité de Concarneau a éteint ses projecteur
dans la ville close pendant les périodes de grand froid -
photo erwan-foto.com

Lancée en 2008 à l'initiative du Conseil Régional de Bretagne, s'inscrivant dans le Pacte Electrique Breton, où l'alimentation électrique pose de sérieux problèmes en hiver (beaucoup de chauffage électrique, pas de centrale nucléaire dans le pays), la démarche eco watt revendique aujourd'hui 45000 inscrits qui reçoivent à chaque pic de consommation une alerte mail ou SMS, incitant à réduire sa consommation d'électricité. Particuliers mais aussi collectivités et entreprises ont joué le jeu, et cet hiver encore on a évité le fameux black out grâce à cette modération concertée  des consommmations électriques en période de grand froid.

15000 nouveaux  INSCRITS AU DISPOSITIF ÉCOWATT BRETAGNE EN 2012

Le site ÉcoWatt Bretagne comptabilise aujourd’hui près de 45 000 abonnés aux alertes contre 30 000 à la même période en 2011. Au cours de cette 4ème campagne, 15 000 ÉcoW’acteurs supplémentaires ont adhéré au dispositif, soit une progression de plus de 50% des inscriptions.

Celles-ci ont été particulièrement marquées pendant les alertes dues à la vague de froid de début février : plus de 4 200 EcoW’acteurs en l’espace de quelques jours. Les particuliers représentent toujours, avec 63 % des inscrits, la catégorie la plus importante des abonnés aux alertes. Toutefois, par rapport à 2011, la part des entreprises et des collectivités qui se mobilisent toujours plus fortement, a augmenté sensiblement. Plus de 3 600 représentants de ces entités se sont, en effet, identifiés en tant que tel lors de leur adhésion sur le site.

La fréquentation du site ÉcoWatt a explosé pendant la vague d’alertes

Si les températures exceptionnellement clémentes du début de l’hiver ont moins encouragé le nombre de consultations sur le site pendant cette période, les nouveaux visiteurs représentent près de 75% des connexions et entraînent donc un fort taux de renouvellement. Le nombre de visites a, en revanche, explosé lors de la vague d’alertes : le jour de la 1ère alerte, le jeudi 2 février, le site a ainsi enregistré 17 fois plus de visiteurs qu’en moyenne.

UNE DIMINUTION DE LA CONSOMMATION ÉLECTRIQUE EN BRETAGNE LORS DE LA VAGUE DE FROID

Après un automne et un début d’hiver marqués par des températures exceptionnellement douces, une vague de froid s’est abattue sur la France, début février 2012. Sur cette période, une série d’alertes ÉcoWatt a été déclenchée en Bretagne : au total, 7 alertes orange ont été lancées entre le jeudi 2 et le vendredi 10 février 2012. La consommation bretonne d’électricité a ainsi atteint un pic historique à 18 000 MW, le jeudi 9 février 2012, dépassant le précédent pic de 17 150 MW, enregistrée le 7 janvier 2009.

Au regard de la bonne disponibilité du réseau et des moyens de production, ces niveaux de consommation ont pu être franchis sans coupure d’électricité, durant ces journées particulièrement froides. La mobilisation des ÉcoW’acteurs - particuliers, mais aussi entreprises et collectivités - le matin (entre 8h00 et 12h00) et le soir (entre 18h00 et 20h00), a également contribué à passer ces pointes de consommation.

Jusqu’à 2 à 3% de consommation économisée

Suivant les estimations effectuées par RTE, à partir des déclarations des ÉcoW’acteurs et de ses bilans de consommation, les effets des gestes des ÉcoW’acteurs durant les 7 jours de froid, se sont en effet traduits par une réduction de la consommation qui a pu atteindre jusqu’à 2 % à 3 % aux heures les plus chargées, soit l’équivalent de la consommation cumulée des villes de Quimper, Vannes et Saint Malo.

Entreprises, collectivités : UNE IMPLICATION CROISSANTE DES ACTEURS-RELAIS RÉGIONAUX

La 4ème édition de la campagne ÉcoWatt Bretagne avait fait de l’implication accrue des entreprises bretonnes et de la poursuite de la mobilisation des collectivités des objectifs prioritaires. Les publics scolaires avaient également été identifiés comme des ÉcoW’acteurs à sensibiliser plus particulièrement pour l’hiver 2011-2012. L’engagement de ces publics privilégiés d’ÉcoWatt Bretagne a été au rendez-vous pour cette quatrième édition.

Un nombre croissant d’entreprises bretonnes a adhéré au dispositif ÉcoWatt au cours de cette campagne. Ces entreprises, soucieuses d’initier ou de compléter une démarche responsable tout en contribuant à diminuer la fragilité électrique de leur territoire, sont issues de tous les secteurs d’activité de l’économie locale :

  • Agriculture : Bretagne Conseil Elevage Ouest, 
  • Communication - 6 www,
  •  Distribution d’éclairage - Esprit Led, Chaudronnerie, Tuyauterie - Manu-métal, 
  • Eco propreté - DA Propreté Services, Eco Action Plus , Evalor…

 Il est également important de souligner l’implication d’entreprises bretonnes emblématiques : Bolloré, Groupe Hénaff, Keolis, Véolia, Porfimad, Cado Négoce, etc.

Quand les entreprises se mobilisent pendant les alertes…

  • La Coopérative Union des Groupements de Producteurs de Viande de Bretagne, regroupant 2 300 agriculteurs, a reporté la fabrication des aliments hors des créneaux à forte consommation, décalé la distribution des repas des animaux, adapté la programmation des moteurs électriques et géré attentivement les éclairages. Les adhérents de la coopérative ont également veillé à sensibiliser leur entourage aux gestes simples d’économie d’énergie.
  • Keolis, l’exploitant du réseau STAR à Rennes, a limité la vitesse maximale de circulation du métro à 54 km/h au lieu de 60 entre 9h00 et midi puis entre 18h00 et 20h00. La durée de chaque trajet augmente ainsi de seulement 2 secondes pour les passagers mais cette mesure, conjuguée au ralentissement des escaliers mécaniques pour monter et descendre dans les stations, génère une réduction de 300 à 500 kw de la consommation d’électricité du métro au moment des alertes. L’ensemble du personnel du métro a également été informé par email de mesures simples à prendre comme éteindre son ordinateur…

Du coté des collectivités : les efforts payent

Depuis trois ans, le dispositif ÉcoWatt bénéficie d’une très forte notoriété auprès des collectivités bretonnes (+50% d’entre-elles avaient déclaré adapter leur comportement lors des périodes de froid, l’hiver dernier). C’est donc tout naturellement que celles-ci ont poursuivi leur dynamique d’adhésion à la démarche et multiplié les initiatives pour économiser l’énergie aux heures de pointe.

  • Concarneau (29) a illuminé la ville en bleu et blanc avec des ampoules LED au moment des fêtes de fin d’année.
  • Questembert (56) a éteint son clocher et relayé les alertes sur les panneaux électroniques de la ville.
  • Léhon (22) a réduit l’éclairage public aux heures de pointe.
  • Rennes (35) a suspendu la mise en lumière des bâtiments remarquables, l’illumination des places et le fonctionnement des fontaines publiques, toute la nuit, pendant les alertes.
  • Saint-Avé (56) a procédé à l’extinction des éclairages de mise en valeur des bâtiments, à l’arrêt du fonctionnement de la fontaine et à la réduction de l’éclairage public dans certains secteurs. Les services techniques ont également mis en place un système de microcoupures programmées sur les sites des ateliers municipaux, des maisons des jeunes, des salles Jules Verne et de l’Escale.
  • Pommerit-Le-Vicomte (22) a revu à la baisse son éclairage public.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *