Implantation d’un pôle industriel d’éoliennes offshore à Cherbourg et St Nazaire

Le groupe Alstom vient d'annoncer que, dans le cadre de l'appel à projets sur l'éolien offshore lancé en juillet 2011 par le gouvernement français, il prévoit d'implanter 2 sites dédiés à la production des composants et à l'assemblage d'éoliennes offshore de 6MW dans les zones portuaires de Saint-Nazaire et de Cherbourg. Ces deux sites français seraient, pour Alstom, les premiers au monde dédiés à l'éolien offshore.

Laurent Beauvais, Président de la Région Basse-Normandie, Jean-François Le Grand, Président du Conseil Général de la Manche et Bernard Cazeneuve, Député et Président de la Communauté Urbaine de Cherbourg se félicitent qu'Alstom ait retenu le port de Cherbourg, démontrant ainsi les qualités et avantages de ce port géré par PNA, pour implanter son pôle industriel dédié à l'éolien offshore, en complémentarité avec le port de Saint-Nazaire.

« L'implantation de la production des pales en partenariat avec LM Wind Power ainsi que de l'atelier de fabrication de mats, qui serait mis en place par le fournisseur d'Alstom choisi ultérieurement, confirme la capacité du Cotentin à accueillir des grands projets industriels. » ont déclaré les 3 élus bas-normands. « Le dimensionnement du projet sera fonction du succès du consortium mené par EDF Energies Renouvelables dont Alstom fait partie, à l'appel d'offres. A terme, ce projet industriel majeur se traduirait par la création de 500 emplois directs par site et 4 000 emplois induits. Alstom a confirmé que ce projet verra le jour si ils obtiennent au moins la moitié de la phase 1 de l'appel d'offres portant sur la création au large des côtes françaises de cinq fermes éoliennes d'une capacité totale de 3 gigawatts Notre mobilisation pour garantir la concrétisation de ce projet est donc totale. » ont-ils poursuivi.

Depuis un an, les trois élus, convaincus du potentiel du Cotentin pour développer une filière industrielle d'avenir sur les énergies marines renouvelables, n'ont cessé de multiplier, ensemble, les initiatives pour faire de cette filière innovante un atout d'avenir pour le développement économique de la Basse-Normandie.

Le choix d'Alstom se fonde sur la qualité du dossier bas-normands : ses infrastructures portuaires, les facilités d'accès aux fermes éoliennes prévues par l'appel d'offres national, les dispositifs de soutien à l'investissement mis en place par les collectivités locales, l'existence d'un savoir-faire industriel, la capacité de constituer une véritable filière industrielle, des dispositifs de formation ayant fait leurs preuves mais également une mobilisation et une détermination très forte des acteurs politiques et économiques.

Toutefois, la concrétisation de ces projets dépend des décisions de l'Etat pour l'attribution d'une première série de champs éoliens offshore en 2012.

D'ici là, la Région, le Département et la Communauté Urbaine de Cherbourg ainsi que les parlementaires bas-normands et les acteurs économiques doivent donc demeurer mobilisés pour que ce projet se concrétise à Cherbourg. Les négociations engagées avec d'autres entreprises se poursuivent, qu'il s'agisse d'éoliens offshore ou de développement des hydroliennes.

Pour les trois Présidents, « Cette implantation industrielle à Cherbourg offrirait de nouveaux champs de coopération avec les régions du Grand Ouest. Elle permettrait de développer une véritable filière industrielle des énergies marines renouvelables. Le choix d'Alstom confirme la pertinence de nos investissements dans l'innovation, la recherche et le développement durable. Pour que ce projet voit le jour et qu'il puisse créer les centaines d'emplois espérées, les collectivités bas-normandes sont prêtes à mettre près de 60 M€ sur la table. »

Source  :

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *