Alors que les multinationales de l'agronomie tentent d'imposer leurs monopoles sur les semences en développant sur notre vieux continent l'utilisation sans limite des OGM, aux USA, ils sont déjà largement utilisés. Bonne nouvelle : même au royaume de Monsanto, ou 93% du soja cultivé est un OGM résistant aux insectisides à base de glyphosate, ces petites merveilles de génétique commencent à inquiéter sérieusement les scientifiques : le développement de résistance à cette molécule herbicide a été détecté chez 7 adventices.

La 7ème de ces plantes résistante, Ambrosia trifida (Ambroisie trifide ou Grande Herbe à poux), détectée dans l'Ohio et l'Indiana, inquiète particulièrement les scientifiques, alors qu'ils observent un manque de prise de conscience sur le terrain. Il s'agit pourtant d'un problème grave pour les producteurs puisque cet adventice est très compétitive dans les cultures de soja et peut causer jusqu'à 70% de perte de rendement, un chiffre beaucoup plus important que pour les autres adventices résistants au glyphosate détectés jusqu'à présent, comme Conyza canadensis (vergette du Canada).

Les plantes résistantes ont été observées dans des champs ensemencés plusieurs années successives en soja résistant au glyphosate et où le glyphosate était le seul herbicide utilisé. L'année dernière l'Ambrosia trifida résistante au glyphosate avait été détectée dans un seul comté de l'Indiana ; on en compte déjà 10 cette année. Les spécialistes prévoient une augmentation très rapide des cas de résistance d'année en année et appellent donc à la vigilance.

Les scientifiques et les services d'extension de l'Université de Purdue (Indiana) ont prévu de mettre en place cet été des expériences dans plus de 20 comtés de l'Indiana pour déterminer les meilleures pratiques agricoles pour gérer les mauvaises herbes ; ils vont aussi améliorer la caractérisation des mécanismes génétiques de la résistance. En attendant, les conseils donnés aux agriculteurs sont de démarrer leurs cultures avec des champs 'propres' en utilisant le labour ou un herbicide pré-émergence, et d'avoir recours à des herbicides post-émergence et de rationaliser l'utilisation de glyphosate.

Source : BE Etats-Unis numéro 78 (11/05/2007) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT -