Attention, pas d'affolement ce n'est qu'un record français. Bien maigre par rapport aux 50MW d'Andasol I, qui devait apparaître en 2008 comme la plus grande centrale solaire d'Europe, au sud de l'Espagne, ou les 11MW de la centrale de Serpa, au Portugal, à 200 km au sud-est de Lisbonne. Ces chiffres, toujours annoncés à grands renforts de communiqués et campagnes de presse, sont sans cesse battus par de nouveaux records : en Allemagne,  le Bavaria Solarpark délivre 10 MW depuis juillet 2005. C'est en fait, selon Futura Sciences, le Portugal qui s’apprête à pulvériser le record du photovoltaïque, européen et même mondial, avec la centrale de Moura, dans le sud du pays, qui devrait voir le jour en janvier 2007. Ses 350.000 panneaux solaires, qui occupent 114 hectares, devraient fournir 62 MW.

Tout ces chiffres relativisent quelque peu la fierté d'un territoire pourtant propice au développement de cette énergie nouvelle. A la Réunion, on se moque des records du monde. Les 1.35MW étaient récemment inaugurés en grande pompe, en présences des notables de cette "région d'outre mer" : le Président de la Région Réunion, Paul Vergès,  le représentant de la Société de Conversion d’Energie (SCE), Alain Orriols, Jean Ballandras (représentant l'état), le représentant de la Mairie du Port, Raymond Lauret, leDirecteur Régional du groupe Vindémia, Jean-Marc Brebion, et le Directeur général de EDF, Jean-Michel Deveza. Pas de quoi pavoiser mais tout de même cette installation a le mérite de montrer la voie : c'est à l'heure actuelle la plus grande centrale photovoltaïque de France en production, posée sur un bâtiment industriel, d’une capacité de 1000 kWc, située sur les toits du bâtiment de la SAPRIM. La surface de cette centrale représente 10 000m², soit l’équivalent de près d’un terrain et demi de football. Elle produit 1 300 000 kWh/an, soit l’équivalent de la consommation moyenne de 300 clients EDF, au tarif bleu.

Un investissement de 5 millions d'euros
Le plan de financement s’établit ainsi : Région, 301 035 € et FEDER, 451 553 € , soit 15%, Maîtrise d’ouvrage via défiscalisation, le reste, soit 85% ).
La vente de l’électricité produite générera 520 000 € de recettes par an. A noter que bientôt, une centrale de 1310 kWc sera installée à Saint- Pierre.  Cette centrale est une des applications possibles du PRERURE (Plan Régional des Energies Renouvelables et de l’Utilisation Rationnelle de l’Energie) mis en œuvre à l’initiative de la Région qui a pour vocation de permettre à l'île de tendre vers l’autonomie énergétique à l’horizon 2025.

Ce plan prévoit notamment la mise en place de 5 à 6 mégawatts photovoltaïques par an au lieu de 2 actuellement. On reste loin des standards internationaux...