Les échanges solidaires : nouvelles pratiques de partage

Aujourd'hui, de nouvelles formes d'échanges solidaires se développent, à l'instar d'Emmaüs, créé en 1950 par l'Abbé Pierre. Il y en a pour tous les goûts : boîtes à livres, recycleries, incredible edibles, supermarchés solidaires... On en trouve à présent un peu partout.

   1. Les recycleries

Le but premier des recycleries est de réduire la production de déchets, mais également de créer des emplois. Les objets qui, en temps normal, sont jetés, seront ici collectés dans un conteneur ou un local, d'où ils seront envoyés aux employés afin de les remettre en état si besoin, puis de les revendre à prix modiques. Les objets proposés sont très variés : jouets, outils, appareils ménagers, meubles, livres... Cette idée rejoint celle de la communauté d'Emmaüs. Certaines de ces recycleries, comme celle de Caudan, ont d'ailleurs été créées en partie par ses Compagnons.

Lien :   carte des recycleries

  2. Les boîtes à livres

Les boîtes à livres, ou microbibliothèque sont les plus répandues en France. On les trouve à présent partout, jusque dans les lus petites communes. Elles invitent le public à y prendre et y déposer des livres. Leur fonctionnement est simple : Les livres qui ne seront plus lus, ou dont on veut se débarrasser pourront être déposés dans une de ces boîtes à livres. Quelqu'un d'autre pourra alors en profiter. Il n'y a aucune date limite, ni de frais d'utilisation.  Il existe plusieurs sites qui référencent les boîtes à livres. Elles peuvent prendre plusieurs formes. Certaines communes réutilisent une cabine téléphonique à l'ancienne, d'autres préfèrent fabriquer eux-mêmes leur abri... Les boîtes à livres finissent parfois par être remplies de DVDs, de magazines voir même de jouets. Ce système est international.

Lien : carte des boîtes à lire

  3. Les incredible edibles

Ce système a été créé en 2008 par un groupe citoyen de Todmorden, en Angleterre. Il vise à créer une abondance de nourriture, fruits et légumes, gratuite et pour tous, ainsi une autonomie alimentaire locale, saine et durable. Les plants sont généralement cultivés par des volontaires participant au mouvement. Leurs emplacements sont multiples : un bac dans la rue, sur la terrasse d'un restaurant, dans un potager... La France a adopté ce système en 2012, on peut en trouver aujourd'hui un peu partout. Ce mouvement tend à devenir international. En 2016, plus de 80 villes de France avaient adhéré  à ce mouvement.

Lien : carte des incredible edibles

  4. Les supermarchés gratuits

Ces supermarchés d'un nouveau genre ont le même fonctionnement que les boîtes à livres. En revanche, ce sont des bâtiments, qui proposent toutes sortes d'objets. Le public peut venir en déposer de nouveaux ou se servir, à condition qu'il consacre au moins trois heures de son temps par mois. Assurer la caisse, le ménage, l'administratif...  L'objectif premier est bien sûr de réduire la consommation de déchets. Ce sont des bénévoles qui gèrent les arrivées et les sorties. Ce mouvement se développe depuis près de quarante ans en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. La France l'a adopté il y a peu.

Lien : carte des supermarchés gratuits

Ces différents mouvements solidaires permettent en grand partie de réduire la consommation de déchets, mais également de faire profiter le public de ses bienfaits. La consommation en est ainsi considérablement réduite.  Ils prennent de plus en plus d'ampleur en France et dans les autres pays du monde. Vous en trouverez sûrement un ou deux à proximité de chez vous en fouillant un peu.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *