La Hugelkultur et la technique du Bois Raméal Fragmenté : deux méthodes passionnantes de culture agricole biologique

A la fois technique de compostage, pratique agricole ancestrale originaire de l’Europe de l’Est et méthode de permaculture particulièrement adaptée aux climats secs ou de moyenne montagne, la Hugelkultur jouit d’une certaine renaissance ces dernières années, particulièrement en Australie et aux Etats-Unis.  Cette méthode de « culture en buttes » ou de « plate-bandes surélevées » basée sur la décomposition de matières organiques sur le très long terme enrichit naturellement et conserve les sols tout en réduisant voire éliminant la nécessité d’irriguer.  Elle aussi en vogue depuis quelques années, la technique du Bois Raméal Fragmenté est originaire du Canada et consiste à apporter à la couche supérieure du sol un broyat constitué de résidus de branchages et de rameaux de façon à dynamiser l’activité biologique du sol et y favoriser la rétention de l’eau.

Hugelkultur: un exemple de plate-bande surélevée. Illustration: Daniel Van Tassell pour http://www.richsoil.com/hugelkultur/

La Hugelkultur

Le principe de base consiste à entasser des troncs d’arbres, des bûches, des branchages, des feuilles et des brindilles sur une hauteur d’au moins un mètre et de les recouvrir de terre et de paille.  Il n’y a pas de limites concernant la longueur de la butte : de quelques mètres à plusieurs centaines de mètres.  Une telle installation nécessite alors l’utilisation de tractopelles et d'une main d’œuvre importante.   Certaines essences d’arbres comme le cèdre, le noyer ou les conifères sont contre-indiquées.  Il est également conseillé d’intégrer des déchets de cuisine et du fumier riche en azote pour équilibrer le rapport carbone/azote du mélange, surtout pendant la première année.  Le processus naturel de décomposition du bois va s’étaler sur plusieurs années.  Tout en se décomposant, la matière organique libère de l’engrais naturel en diffusion lente tout en fonctionnant comme une éponge.  Le bois non seulement absorbe l’humidité contenue dans le sol mais la conserve.  Cette technique est popularisée par plusieurs activistes de la permaculture comme l’autrichien Sepp Holzer ou l’américain Paul Wheaton :

Le Bois Raméal Fragmenté

Derrière cette terminologie énigmatique se dissimule une méthode de culture agricole à la fois passionnante et particulièrement innovante.  Elle consiste à apporter à la couche supérieure du sol un mélange végétal issu de branches et rameaux fraichement broyés, et ce sur une épaisseur de 3 à 5 cm (ou plus pour les sols très dégradés).  Le broyat utilisé est essentiellement constitué de jeunes branches et de rameaux (d’un diamètre inférieur à 7cm) issus de variétés de feuillus, voire de résineux à hauteur de 20% maximum.  Originaire du Canada, cette technique favorise naturellement le développement d’un sol riche en humus tout en supprimant la nécessité de labourer, d’irriguer, de désherber ou de fertiliser artificiellement avec l’apport d’intrants phytosanitaires.  La technique du Bois Raméal Fragmenté est évidemment étroitement liée à la méthode de compost de broussailles développée par Jean Pain au début des années 70 (voir article précédent sur ce sujet) elle-même inspirée de la méthode dite du « compost des templiers ».  C’est Jacky Dupéty, un ingénieur agronome passionné de jardinage biologique qui popularise la méthode en France depuis quelques années :

La Hugelkultur et la technique du Bois Raméal Fragmenté s’inscrivent tous les deux dans la démarche philosophique de la permaculture (conception et gestion de systèmes agricoles qui reproduisent les synergies observées dans la nature) dans la mesure où ces procédés à base de déchets sylvestres recréent tout simplement les conditions du sous-bois dont le sol est naturellement riche en terreau et humus.  La décomposition lente des matières végétales reconstitue la richesse organique de la terre tout en stimulant l’activité animale, microbienne et cryptogamique du sol. 

Si ces deux méthodes de jardinage ne sont peut-être pas vraiment adaptées au maraîchage commercial, elles sont par contre idéales pour un sol escarpé, pauvre ou mal drainé et difficile à travailler.  Elles semblent également produire des rendements exceptionnels en zone sèche à faible pluviométrie. Selon les principes de la permaculture, c’est au concepteur du projet de créer les conditions de culture idéales en fonction du type et de l’orientation du terrain ou du type de cultures envisagées.  Dans le même temps, ces deux méthodes de jardinage biologique dépendent d’un apport constant en bois et branchages et sont donc presque inséparables de l’agroforesterie.  Deux techniques qui encouragent une approche holistique, globale et durable de l’agriculture.

La majorité des ressources concernant la Hugelkultur sont en anglais.  Voir par exemple la page Richsoil, ou le fil de discussion consacré à la Hugelkultur sur le forum américain dédié à la permaculture.

Jacky Dupéty a publié Le BRF, vous connaissez ? : Pour une (agri)culture du vivant.  Voir aussi Les Bois Raméaux Fragmentés : de l’arbre au sol de Gilles Domenech et Eléa Asselineau. 

 

3 thoughts on “La Hugelkultur et la technique du Bois Raméal Fragmenté : deux méthodes passionnantes de culture agricole biologique”

  1. Pingback: Alain Divo : l'homme qui ressuscite les sols - Oui !

  2. asso la pause café

    Avec notre association la pause café, nous organisons une petite réunion, justement pour parler de la permaculture ce 22 mai à quistinic. Les personnes qui souhaitent nous rejoindre pour échanger sont les bienvenues. Il n'y a aucunes obligations et l'entrée y est gratuite. On veut juste passer un moment convivial en partageant cette nouvelle façon de jardiner et qui plait de plus en plus. Vous pouvez également m'envoyer des information par mail. Merci à ceux qui veulent nous aider.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *