Ecoles écolos

C'est avec le titre un peu audacieux "les enfants chauffent eux-mêmes leur nouvelle école écolo" que le journaliste Grégoire Allix développe dans le Monde l'inventaire à la Prévert des performances énergétiques de l'école Saint-Exupéry de Pantin (Seine-Saint-Denis) : L'école n'est pas climatisée et n'allumera qu'au plus froid de l'hiver le chauffage par géothermie, grâce à une conception bioclimatique qui optimise l'apport du soleil, à une isolation drastique, à une ventilation à récupération de chaleur et à de grandes baies à triple vitrage. La plupart du temps, la présence des enfants suffira à tiédir les onze classes. Si les élèves sont espérés actifs, les trois bâtiments de l'école, eux, sont quasiment "passifs". Leur consommation, tous usages compris, sera de 22 kWh/m2/an. Dix fois moins qu'un bâtiment aux normes actuelles. "C'est la cuisine, avec ses équipements de cuisson et de froid, qui nous a posé le plus de problèmes, malgré le chauffe-eau solaire", raconte l'architecte.

Ecole de pauvres, pour les riches

Toujours dans Le Monde, nous partons cette fois en Indonésie, à Bali, où le projet est beaucoup plus abouti. La BBC et CNN y ont même consacré chacune un reportage. De loin elle ressemble à s'y méprendre à n'importe quelle classe d'école d'un pays pauvre, mais cette école accueille  des enfants de pays (riches) du monde entier. Il faut avouer que le climat se prête à une architecture plus légère, le campus de la Green School, une école internationale située à Sibang Kaja sur l'île de Bali, étant  en l'occurence construit en grande majorité avec  des tiges de bambou : dans cet établissement scolaire écologique, on vous accueillera même avec un verre d'eau fraîche, tirée directement du puits. "On ne veut être dépendants de rien, confie John Hardy, un ex-joaillier canadien, fondateur de cette école pilote inaugurée à la rentrée 2008. On boit notre eau, on sert nos récoltes à la cantine, on produit notre électricité et on bâtit selon les principes du développement durable." Dans ce décor digne de Robinson Crusoé, cent vingt élèves, âgés de 3 à 14 ans, sont sensibilisés à la protection de la planète. Outre un enseignement classique, reconnu par l'université britannique de Cambridge, la plupart des cours abordent les problématiques liées à la préservation de l'environnement. Les enfants sont ainsi éveillés très tôt à la pratique de l'agriculture biologique, du recyclage, ou aux modes de transports doux.


One thought on “Ecoles écolos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *