sacsmousquetons.jpg

Conçues pour résister aux tensions extrêmes, les toiles modernes des bateaux à voile sont aussi parfaitement étanches, assez rigides, et esthétiquement attractives, aux couleurs vives : souvent promises au rebut au bout de quelques années en mer, elles se reconvertissent maintenant sous de nombreuses formes. L'initiative devrait faire des émules : Jean Baptiste Roger, passionné, ancien vice champion du monde de hobie cat, a monté son entreprise dans ce créneau prometteur. Sacs, Paravents, Chaises, transats, poufs, portefeuilles, la voile se recycle en de mille déclinaisons dans la vie de tous les jours. Récompensé par le prix « Talents » régional, en 2006, il vend ses créations -série et sur mesure- sur internet mais aussi sur commande : il vient de réaliser quatre-vingts sacs matelots pour Jaeger-le-Coultre, fabricant de montres de luxe. Les produits ont été exportés à Hawaï, à Madrid...

En France, seulement deux entreprises (727 sailbags, de Jean Baptiste Roger, et Vent de voyage, à Saint-Malo) se partagent la grosse part du marché, déjà très tendance outre-Manche. « C'est en participant à des régates, que j'ai eu cette idée, raconte Jean-Baptiste, cité par le quotidien Ouest France. Les équipages anglais avaient toujours des supers sacs. N'en trouvant pas en France, j'ai décidé de les faire moi-même"