Il y en a au moins un qui suit au parlement : rendu public cette semaine, le rapport parlementaire rédigé par les députés Claude Birraux et Christian Bataille, intitulé "La performance énergétique des bâtiments : comment moduler la règle pour mieux atteindre les objectifs", semble amorcer un pernicieux lobbying de développement de la consommation électrique, pendant que d'autres s'esquintent à essayer par tous les moyens de  la réduire. Sous couvert de réglementation thermique, ce rapport parlementaire préconise notamment  : "La nouvelle réglementation thermique doit prévoir l'existence obligatoire de l’un ou l’autre de ces systèmes de climatisation active, dans tous les bâtiments effectivement occupés au cœur de l’été."

Le député Verts Yves Cochet a réagi dans un communique, affirmant que "le lobby électro-nucléaire" était en train de "saboter le Grenelle de l'environnement" à l'Assemblée nationale. Ll'élu écologiste de Paris déplore les conclusions, au moment du sommet de Copenhague sur le climat, de ce  rapport parlementaire : elles sont selon lui  "en contradiction avec l'esprit et la lettre du Grenelle de l'environnement [...] Ces recommandations aboutissent à éliminer toutes les filières technologiques à l'exception d'une seule: celle des pompes à chaleur électriques".

Yves Cochet "condamne ce rapport favorable au lobby électro-nucléaire et demande l'application des principes énoncés lors du Grenelle de l'environnement, donnant la priorité à la réduction des consommations d'énergie et au développement des énergies renouvelables".