• Cet été je woofe (Le Monde): Le ciment du WWOOF, c'est le volontariat : le WWOOFeur n'est pas payé pour son travail (quelques heures par jour). Aux hôtes qui cherchent un employé, la charte du WWOOF suggère d'ailleurs de s'adresser à l'ANPE. L' hôte offre cependant logis et couvert, et chez Pauline, une bonne ambiance. "Pour nous, agriculteurs, le WWOOF permet de valoriser notre travail et de l'enseigner à des gens qui ne le connaissent pas. En même temps j'apprends aussi beaucoup des WWOOFeurs, ils ont chacun un domaine dans lequel ils sont spécialistes."
  • Demain, l'hotel écologique (Le Monde) : "Hôtel écologique, écotouriste, écoresponsable... Plusieurs noms pour une même réalité."N'appelez surtout pas mon hôtel 'bio', c'est totalement différent," explique Xavier Moraga, directeur de l'établissement. C'est le premier hôtel indépendant parisien à avoir obtenu, en février 2009, l'écolabel européen, distinction qui garantit une démarche de développement durable et de protection de l'environnement."
  • Portfolio : L'habitat écologique à l'honneur à la Cité de l'architecture de Paris (Le Monde)
  • En Angleterre, une ruche pour élever les abeilles en ville (Le Monde) : pour enrayer la chute de la population des abeilles, les autorités anglaises ont lancé, mercredi 5 août, un programme destiné à encourager les citadins à garder des ruches dans leur jardin, voire sur leur balcon. Natural England, l'agence publique qui conseille le gouvernement sur les questions d'environnement, a présenté une nouvelle ruche en plastique, facile à installer en ville.