LISBONNE, 27 fév 2009 (AFP). Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) Nobuo Tanaka a appelé vendredi à Lisbonne à maintenir les investissements dans le secteur de la production pétrolière afin d'éviter une nouvelle crise de l'approvisionnement.

"Si la demande reprend, nous pourrons avoir une nouvelle crise de l'approvisionnment. L'important est donc de maintenir les investissements", a déclaré M. Tanaka en marge d'une conférence sur les énergies renouvelables.

Début février, l'AIE, qui défend les intérêts énergétiques des pays de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), a de nouveau revu en baisse sa prévision de demande mondiale de pétrole de plus d'un demi-million de barils par jour cette année en raison de la crise et prévoit un déclin record depuis 1982.

"Nous sommes plus inquiets pour l'avenir de l'offre, car elle est sujette au report ou à l'annulation de projets" d'investissements, a pourtant souligné M. Tanaka.

"Même aux prix actuels, certains champs pétroliers restent tout à fait rentables", a-t-il ajouté, appelant les membres de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep) "à observer le marché de près et à prendre une décision adaptée" lors de leur prochaine réunion à Vienne, le 15 mars.

Mercredi, le Venezuela avait annoncé qu'il proposerait à l'Opep de réduire à nouveau sa production de pétrole afin de soutenir les prix du brut.

"Si la demande est en baisse, la réduction de l'offre est inévitable. Mais, d'autre part, si les prix remontent rapidement, cela pourrait avoir un impact très négatif sur la reprise économique mondiale", a conclu M. Tanaka.