SAN FRANCISCO (Etats-Unis), 11 déc 2008 (AFP). Les grandes entreprises de la consommation tiennent désormais mieux compte de l'impact qu'elles peuvent avoir sur le climat mais la majorité des dirigeants ne se préoccupent guère du phénomène, selon un rapport publié jeudi aux Etats-Unis.

Le géant de l'informatique IBM remporte la palme de l'entreprise combattant le plus efficacement les gaz à effet de serre avec un score de 79 points sur un maximum de 100, selon ce rapport établi par RiskMetrics Group pour le compte de de la Coalition pour des économies écologiquement responsables (Ceres), un réseau d'investisseurs, de fonds d'investissements et d'organisations écologiques.

Le géant britannique de la distribution, Tesco, bien implanté aux Etats-Unis, arrive deuxième avec 78 points, suivi du groupe informatique Dell (77 points).

Mais ces trois arbres cachent la forêt et plus de la moitié des entreprises passées au crible affichent un score inférieur à 50 points.

Le score moyen des 63 entreprises de la distribution, du secteur pharmaceutique, de l'habillement ou de la haute technologie passées au crible dans l'étude s'établit à 38 points seulement.

Tandis que certaines entreprises s'adaptent dans leur manière de faire des affaires, beaucoup d'autres "ne prêtent aucune attention au changement climatique, en particulier au niveau des conseils d'administration et des directeurs généraux", souligne le rapport.

Les principaux coupables: la restauration, le tourisme et l'immobilier. "Le changement climatique n'apparaît presque pas sur leur écran radar", a regretté Mindy Lubber, la présidente de Ceres.

"Avec ou sans récession, le changement climatique est un problème sur lequel toutes les entreprises de consommation et technologiques devraient se concentrer", a-t-elle ajouté.