WASHINGTON, 27 août 2008 (AFP). La superficie des glaces de l'Océan arctique a enregistré au mois d'août sa deuxième plus forte fonte depuis le début des observations satellitaires il y a 30 ans, a indiqué mercredi le Centre national américain d'étude de la neige et de la glace (NSIDC).

Les glaces ont ainsi reculé de 2,06 millions de km2 depuis le début du mois d'août, pour atteindre une surface de 5,26 millions de km2, selon des mesures datant du 26 août publiées sur le site du NSIDC (National Snow and Ice Data Center), à Boulder (Colorado, ouest).

La fonte est donc pour l'instant inférieure, de 430.000 km2, à celle enregistrée au même jour en 2007, année record pour la fonte des glaces depuis la mise en oeuvre des mesures satellitaires.

En 2007, à l'issue de la saison de fonte, fin septembre, la superficie des glaces avait diminué jusqu'à 4,25 millions de km2, un chiffre qui pourrait être dépassé cette année, selon le centre.

La retraite des glaces de l'océan arctique en 2007 représentait une réduction de près de 40% par rapport à la superficie moyenne enregistrée en été entre 1979 et 2000, qui était de 7,23 millions de km2, précise le NSIDC.

Le centre relève également que sur les quatre seules premières semaines de fonte en 2008, la superficie de l'Océan arctique est déjà inférieure à celle enregistrée en 2005 au terme de toute la période de fonte, soit 5,32 millions de km2 le 21 septembre 2005.

"Le fait est que l'accélération de la fonte en été observée durant cette décennie se poursuit", estime le NSIDC.

La plupart des modèles climatiques prévoient une amplification de ce phénomène en raison du réchauffement de la planète, avec la possibilité que les eaux de l'Arctique soient totalement libérées des glaces durant les mois d'été d'ici 2030 voire plus tôt.

La retraite des glaces arctiques en 2008 est principalement le fait de la fonte dans la mer de Tchouktches en Alaska, ainsi qu'au large de la Sibérie, précise le NSIDC.