LISBONNE, 9 juil 2008 (AFP). Renault-Nissan a signé mercredi un protocole d'accord avec le gouvernement portugais, au cours d'une cérémonie à Lisbonne, pour le lancement à grande échelle de véhicules électriques au Portugal à partir de 2011.

"Nous voulons être un laboratoire pour les voitures électriques", a déclaré le Premier ministre portugais José Socrates lors de cette cérémonie en présence de plusieurs ministres de son gouvernement et des responsables de Renault-Nissan.

"Nous voulons créer des conditions pour que les utilisateurs de la nouvelle voiture électrique puissent le faire dans des conditions avantageuses: au même prix qu'une voiture normale et sans difficulté pour l'alimentation électrique", a-t-il ajouté précisant qu'il étudiait la possibilité de mettre en place des "conditions fiscales favorables" pour ces nouveaux véhicules.

Le chef du gouvernement a en outre regretté que l'Union européenne ne s'investisse pas d'avantage dans des projets de voitures propres.

"L'Europe devrait avoir plus d'ambition et chercher à avoir des villes sans bruit et sans émission", a-t-il fait valoir.

De son côté, le président de Renault, Carlos Ghosn, a rappelé que les "voitures vertes" étaient une priorité de son groupe, qui a déjà signé des accords avec plusieurs entreprises et pays, comme Israël ou le Danemark.

Le japonais Nissan s'est fixé l'objectif de devenir le premier constructeur automobile du monde à commercialiser à grande échelle une voiture tout-électrique, en pariant que ce type de véhicule à zéro émission polluante finira par peser 15% du marché mondial. Une expérience de commercialisation à grande échelle de voitures électriques est prévue en Israël en 2011.