Voici un objectif bien ambitieux, révélé par le quotidien brittanique Sun. En rappelant que 50 millions d'humains sur la planète sont employés directement par l'industrie automobile, et que 80 pour cent des marchandises voyagent par route, la firme allemande souhaite montrer que la fin du pétrole ne marquera pas forcément la fin du mythe automobile. Dernière tentative de résistance d'une industrie en déclin ou évolution naturelle d'un mode de transport devenu incontournable ? On peut déplorer que les transports en commun  associés aux véhicules légers, comme les vélos suscitent, si peu d'ambitions au sein des industries automobiles. Mais la démarche de Mercedes est intéressante : l'entreprise, qui a déjà investi des millions d'euros dans son programme de "mobilité durable", souhaite rallonger la sauce et promet de lancer, d'ici 2010, la production en série de SMART tout électrique, dont une centaine d'exemplaires sont en circulation dans les rues de Londres. Ce modèle dénomé Smart Fortwo EV (Electric Vehicle) sera dotée d'un moteur électrique de 41 chevaux lui offrant une autonomie de 115 kilomètres. Sa vitesse maximale sera de 112 km/h et elle passera de 0 à 60 km/h en 5,7 secondes. Point intéressant, ses batteries seront rechargées par branchement sur une simple prise de courant 220 Volts.  Associé au développement de véhicules hybrides electricité et hydrogène, l'ultimatum de 2015 évoqué et repris par de nombreuses publications parait quelque peu prématuré, mais on continue de rêver.