La bouteille Heineken WOBO : une innovation oubliée

Lorsque le contexte socio-économique  s’y prête, l’histoire montre qu’il ne s’écoule en général qu’une vingtaine d’années entre le dépôt de brevet d’un nouveau produit innovant, sa production, diffusion sur le marché et son adoption par le grand public (comme par exemple pour le magnétoscope, le lecteur DVD, le téléphone portable etc.).  Mais il arrive aussi que certaines idées soient trop en avance sur leur temps et restent dans les cartons.  C’est le cas par exemple des « WOBOs » (World Bottles), ces bouteilles de bière en forme de briques développées par la brasserie Heineken en 1963.

La bouteille Heineken WOBO

 

Prototype de cabane en briques WOBO (1963)

C’est suite à un voyage en 1960 dans l’ile de Curaçao (anciennes Antilles Néerlandaises) qu’Alfred Heineken (PDG de Heineken à l’époque) a l’idée de développer une bouteille en verre réutilisable en tant que matériau de construction.  Il s’aperçoit en effet que les plages sont jonchées de bouteilles en verre (en raison de l’absence de tri et de recyclage des déchets) et que les matériaux de construction manquent cruellement.  D’où l’idée de concevoir une bouteille de bière recyclable en forme de brique.  Alfred Heineken fait appel à l’architecte John Habraken à qui il faudra trois ans pour concevoir une bouteille de bière rectangulaire (en deux tailles : 350 et 500ml) emboitable et empilable comme une brique traditionnelle. Environ 100,000 briques WOBO furent fabriquées en 1963, mais seulement deux structures furent construites à l’époque et l’une d’entre elles est toujours visible au musée Heineken d’Amsterdam.  Pour des raisons de notoriété et d’image de marque semble-t-il, la brasserie Heineken n’a pas donné de suite commerciale au concept et l’idée fut malheureusement abandonnée.

On trouve bien sûr quelques exemples isolés de constructions utilisant des bouteilles en verre,  et le principe du mur intérieur en bouteilles de verre a été « standardisé » par Michael Reynolds dès qu’il commence à  concevoir ses earthships au début des années 1970.  Déjà évoqué dans Ecolopop, les earthships sont des bâtiments construits entièrement à base de matériaux recyclés qui fonctionnent en autosuffisance d’un point de vue énergétique.  Pour des raisons à la fois durables et esthétiques, les murs en bouteille de verre font donc maintenant partie intégrante des centaines de structures similaires qui parsèment le monde et construites selon les mêmes règles d’éco-construction.  La difficulté réside seulement dans le fait que les « briques » qui sont utilisées lors de l’édification des murs doivent être fabriquées !  On trouve plusieurs tutoriels sur YouTube par exemple qui expliquent comment fabriquer des briques en verre à l’aide de deux fonds de bouteilles collées ensemble avec du ruban adhésif.  Le procédé est fastidieux et ne permet pas de réutiliser la bouteille entière. 

Exemple de mur en bouteilles à l'intérieur d'un earthship

La bouteille Heineken WOBO anticipe donc bien avant l’heure le procédé de l’éco-conception (l’intégration de l’impact environnemental dès la phase de conception d’un produit) ainsi que celui de la valorisation des déchets (la transformation d’un déchet à utilité réduite en un produit de qualité supérieure, par opposition au décyclage).  Le monde a bien changé depuis 1963 et la conjoncture actuelle est telle qu’un concept similaire de brique en verre deviendrait tout à fait envisageable.  Avis aux grandes marques de bières, eaux minérales ou boissons gazeuses de remettre cette idée vraiment géniale sur le tapis!

Source: Inhabitat


One thought on “La bouteille Heineken WOBO : une innovation oubliée

  1. Le rêve d'Alfred Heineken est d'une importance capitale surtout en Afrique où des millions de bouteilles en verre sont dispersées dans la nature alors que, au même moment, les sans abris restent sans voix. Je suis d'avis que le Groupe Heineken n'a pas besoin d'inventer une nouvelle bouteille pour mettre à jour son initiative des années 1963. Preuve, la Toile des Églises Vertes en Afrique (TEVA) vient de réaliser une maison de 500 000 bouteilles exclusivement Heineken dans la ville de Yaoundé au Cameroun. Cette maison servira désormais de bureau du Centre de Recherches Intégrées en Éducation Relative à l'Environnement à l'Université Protestante d'Afrique Centrale. Dans ladite maison, tout est en bouteilles-Heineken : sol, murs, plafond, table de bureau, chaise et banc pour les visiteurs, porte-lampe, pots de fleur, messages écologiques etc. Quelle luminosité en journée quand les rayons du soleil traverse ces bouteilles vertes ou la nuit sous la pleine lune! C'est du venez voir!
    Dans ce bureau, vous y trouverez un livre de 120 pages" Le rêve socio-environnemental d'Alfred Heineken: vers une gestion durable du déchet- verre en contexte africain"de NGIRINSHUTI Marcel, de 120 expliquant chaque compartiment de la maison et de son jardin, la photo d'Alfred Heineken etc. Son inauguration est prévue le 5 juin, la journée mondiale de l'environnement sous condition de la déclaration de confinement puisque les invités viendront de plusieurs pays. Il s'agit d'une initiative que la Toile des Églises Vertes en Afrique compte continuer dans tous les pays d'Afrique où les bouteilles de Heineken ne sont pas récupérées. certaines publication à la page facebook de la Toile des Églises Vertes en Afrique vous donne certaines photos y afférentes.
    Dr. NGRIRINSHUTI Marcel
    Directeur du Centre de Recherches Intégrées en Éducation Relative à l'Environnement (CRI-ERE)
    Tél: +237 674537104

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *