Déchets nucléaires : into eternity, de Michael Madsen

 

Ce n'est pas  un réquisitoire contre le nucléaire qu'expose le film de Michael Madsen, sorti en DVD au début de l'année, mais plutôt une grande interrogation qui engage le spectateur dans une  réflexion philosophique sur l'héritage que laisse notre civilisation aux hommes de l'avenir. En suivant la construction du site d'Onkalo, à 300km au Nord Ouest d'Helsinki, première tentative au monde de stockage permanent des déchets nuclaires de longue durée (100 000 ans), Michael Madsen a filmé et interrogé les acteurs de ce projet  qui dépasse l'entendement. Il est en effet difficile pour l'esprit humain de concevoir des périodes plus lointaines que quelques générations, alors comment se concrétise la mise en place de cet espace qui doit rester inviolé pendant des milliers d'années ? Comment communiquer aux descendants de nos descendants l'interdiction absolue de pénétrer ce souterrain, comment prévenir les inévitables archéologues du futur du danger invisible et  inodore que représentent ces récipients de déchets radioactifs qu'une civilisation pourrait très bien  confondre avec un trésor religieux enterré dans un sanctuaire ? comment communiquer avec les humains du futur qui auront changé de langue et d'écriture ? Comment garantir la stabilité d'un site souterrain pendant 100000 ans qauand on connaît les bouleversements de l'histoire humaine sur quelques générations ? 

Autant de questions qu'ont étudié les concepteurs de ce projet pharaonique, qui n'est qu'un précurseur : on estime à 250 000 tonnes le poids des déchets nucléaires de longue vie sur terre, les projets de stockage permanent sous terre vont se développer alors que les questions essentielles n'ont pas de réponse. Le film met en évidence le doute cruel des intervenants sur ce projet pionnier, qui se résume en un phrase laconique : "we just don't know"

Ce film a été doté de nombreux prix : meilleur documentaire du festival nordique de Bergen, Grand prix du festival international du film d'environnement, entres autres


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *