esolex1.jpg

Il ne manquait peut etre que ça pour faire décoller le vélo électrique : un design sans concession, qui place cet objet hybride dans un descendance bien indentifiée. C'est chose faite avec le esolex, dessiné par les célèbres studios Pinifarina. L'équation est complexe : comment accomoder un look léger avec la contrainte volumétriques des batteries (lithium ion), comment transformer un vélo en mobylette sans trop l'alourdir... Ce petit bijou d'esthétisme, efficace et écologique, reprend le look de son célèbre ancêtre à moteur de temps et est en train commencer une belle carrière. Nul doute qu'il marquera l'histoire de l'automobile, si l'engouement populaire qu'on lui connait depuis le début de l'année se poursuit : à 1200€ le joujou, il s'est déjà vendu à 8000 exemplaires en France et en Europe.