Le ministère de l'Ecologie a annoncé vendredi le lancement d'un appel d'offres pour la construction, d'ici 2013, d'éoliennes terrestres Outre-Mer et en Corse représentant une puissance cumulée de 95 megawatts (MW), à comparer au Horn Rev2, l'un des plus grands champs d'éoliennes offshores, au large du Danemark, d'une puissance de 210 MW.

L'appel d'offres du Ministère de l'Environnement obéit à un cahier des charges bien précis  : Ces capacités de production éolienne doivent notamment permettre, pour les collectivités d'Outre-Mer concernées, d'atteindre les objectifs fixés par la loi Grenelle 1: "parvenir à l'autonomie énergétique, et atteindre dès 2020, un objectif de 50 % au minimum d'énergies renouvelables dans leur consommation d'énergie finale", précise le ministère dans un communiqué.

Les candidats ont jusqu'au 30 mai 2011 pour déposer un dossier.

"Les installations devront être équipées de dispositifs de stockage de l'électricité et de prévision de production", souligne le ministère, qui espère, "grâce à cette exigence particulièrement novatrice", susciter des projets qui "ouvriront la voie à l'intégration accrue des énergies renouvelables dans les réseaux électriques des territoires concernés, sans remettre en cause la stabilité de ces réseaux".

Le ministère envisage de lancer fin 2011 un second appel d'offres "portant sur le même type d'installations".

Selon le Syndicat des énergies renouvelables (SER), la puissance du parc éolien installé en France atteignait fin septembre plus de 5.200 MW, dont 60,8 MW Outre-Mer et en Corse. Le Grenelle de l'environnement a fixé un objectif de 25.000 MW en 2020.