Enjeu primordial autant pour le pays que pour tout un continent, voire la planète entière : avec l'une des plus grandes forêts du monde, reoprésentant le tiers de forêts tropicales humides de la planète , le Brésil fait partie des grandes nations dont l'engagement écologique aura une portée globale. C'est à ce titre que la Banque mondiale vient d'accorder un prêt de 1,3 milliard de dollars pour aider le Brésil, décrit comme un pays à l'écosystème "crucial", dans sa politique de défense de l'environnement. Ce prêt doit soutenir l'effort du pays "pour améliorer son système de gestion de l'environnement et intégrer les questions de développement durable dans la politique de secteurs essentiels comme la gestion des forêts, l'eau et les énergies renouvelables", a expliqué l'institution.

Il doit être déboursé en deux tranches, la première de 800 millions de dollars immédiatement et la seconde de 500 millions selon le respect de critères d'évaluation d'ici à fin 2010.  La Banque mondiale souhaite empêcher "la déforestation due à l'usage déraisonné des ressources naturelles de l'Amazonie" et favoriser la préservation de la qualité de l'eau et la maîtrise de la consommation énergétique.

"Il y a peu de pays où l'écosystème soit aussi crucial pour le développement et le bien-être de la population que le Brésil", a estimé la Banque. Outer sa forêt tropicale, le  territoire brésilien abrite un cinquième de ses réserves d'eau douce et l'une des plus grandes biodiversités du monde, en plus de 8.500 km de côtes.