Art, science et compassion : voici ce qu'emporterait avec elle l'humanité, si elle disparaissait prochainement, hypothèse très sérieuse envisagée à grand regret par le non moins sérieux Hubert Reeves, l'un des plus grands scientifiques vivant de notre époque contemporaine. Mais avant de disparaître, on aura peut etre tout essayé : voici quelques éléments de bilan, dressés par Hubert Reeves quelques mois après le Grenelle de l'Environnement. Avec en prime, quelques belles paroles filmées datant de septembre 2007.

[kml_flashembed movie="http://fr.youtube.com/v/PmFM_QjP_RE" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

 

Quel bilan pour le Grenelle de l'Environnement, sur lequel nous avons tant compté ? Ici sur ecoloPop, nous n'avons pas l'habitude de dresser des bilans de ce genre, car nous estimons que  la situation institutionnelle de la France évolue beaucoup moins vite que la société : entreprises, communes, associations ont embrayé le formidable mouvement et la France, au niveau ciotyen, est probablement en passe de rattraper son légendaire retard en matière de progrès écologiques : au niveau mondial, c'est le boom, relisez cet article sur les industries photovoltaiques, en forte croissance sur toute la planète.

Mais s'il faut se garder de tout jugement hâtif, nous accordons tout de même à Hubert Reeves l'honneur d'exprimer son point de vue : interviewé sur le très bon site collaboratif Planete Terra, l'astrophysicien donne, une fois de plus, l'exemple parfait de la mesure des enjeux. Pas franchement déçu des institutions, qui continuent leur chemin dans un cadre législatif peu différent d'il y a un an, il raisonne sur le long terme et se réjouit de 2 anecdotiques décisions : la mise en place de la clause de sauvegarde sur les OGM, et l'annulation du projet de mine d'or en Guyane. Mais le principal message à retenir de cette courte intervention, c'est qu'au delà des choix en matière d'énergie (nucléaire, pas nucléaire ?), nous entrons dans une période où il va falloit "faire mieux avec moins". Ce qui rejoint quelque peu l'avis d'autres experts, comme Philippe Chalmin, qui n'hésite pas à raisonner en termes de "pénurie".