Hiver Nomade: Transhumance hivernale en Suisse

A l'image du sujet qu'il traite, un documentaire original fait son petit bonhomme de chemin sur les écrans et dans les festivals Européens depuis plusieurs mois maintenant. Déjà sacré meilleur documentaire aux Prix du Cinéma Européen 2012, Hiver Nomade est un documentaire Suisse de  Manuel von Stürler sorti le 6 Février dernier qui est toujours visibles dans une quinzaine de villes en France.

Synopsis du documentaire:

"Pascal, 53 ans, et Carole, 28 ans, sont bergers. En ce mois de novembre 2010, ils s'apprêtent à entamer leur longue transhumance hivernale : quatre mois pour parcourir 600 km en terre romande, en compagnie de trois ânes, quatre chiens et huit cents moutons.

Commence alors une aventure hors du commun : bravant le froid et les intempéries, de jour comme de nuit, avec pour seul abri une bâche et des peaux de bête, cette saga quotidienne sans cesse improvisée révèle un métier rude et exigeant, qui demande une attention de chaque instant à la nature, aux animaux, au cosmos.

Une odyssée dans un territoire en pleine transformation qui rend ce type de pérégrination chaque année plus difficile, surtout quand il faut dénicher l'herbe nécessaire entre villas, voies ferrées et zones industrielles.

Un voyage fait de péripéties quotidiennes, de rencontres surprenantes, de retrouvailles émouvantes avec les amis paysans, figures nostalgiques d'une ruralité qui se réduit comme peau de chagrin.

Un film dominé par les fortes personnalités de Pascal et Carole, dont la relation et la joie de vivre transforment cette transhumance en un formidable hymne à la liberté, aux antipodes de nos réalités confortables.

Hiver nomade est un film d'aventure, un road-movie contemporain, un reflet du monde actuel qui nous renvoie à nos racines et à nos interrogations."

 

http://www.hivernomade.ch/

2 thoughts on “Hiver Nomade: Transhumance hivernale en Suisse”

  1. Bonjour,

    Il s'agit de deux bergers français qui conduisent un troupeau de huit cents moutons, «propriété» de Jean-Paul Peguiron, éleveur à Cuarny. Accompagnés de trois ânes et quatre chiens, ils parcourent en quatre mois (entre novembre 2010 et février 2011) environ six cents kilomètres dans les cantons de Vaud et de Fribourg. Le périple, qui a pour but d’engraisser avec de l’herbe fraîche les ruminants destinés à la consommation humaine, les mène sur une boucle à partir d’Yverdon-les-Bains jusque vers les parages du lac Léman, non loin de Lausanne, avec le terme à Rovray, après l’exploration de la région autour de Payerne, au nord. Ce mode extensif, en plein air et en mouvement, ne nuit pas à la biodiversité des espaces traversés et offre une alimentation équilibrée au cheptel. Le métier de pâtre, très exigeant, tend à disparaître. La Bretonne est une des rares femmes à l’exercer. Elle s’insurge de la «disneylandisation» du territoire et ne supporte pas le vrombissement des moteurs émanant de l’autoroute. Le Corrézien a une solide expérience de trente-trois ans derrière lui. Nous partageons des moments de répit: le bivouac au coin du feu, sous la tente de fortune, le réveillon de Noël, à la belle étoile, avec des huîtres, des toasts au foie gras et de la bûche, ou une fondue dégustée avec un couple de potes, au clair de lune. L’inexorable, l’inéluctable deviennent palpables, lorsque les futures «victimes» fixent la caméra. Le spectacle de leur capture, de l’enfermement dans la bétaillère du boss est assez pénible. L’on sent bien que Carole ne se fera jamais complètement à la séparation définitive. Cette aventure nous incite à une réflexion sur la transformation des paysages campagnards soumis au surbétonnage, nos rapports avec nos ami(-e)s à quatre pattes et l’évolution de la société contemporaine.
    Pouvons-nous nous satisfaire de l’idée qu’au moins les gigots, navarins, souris, préparés avec ces agneaux-là, ne donneront, en principe, lieu à aucune «tromperie sur la marchandise» ou arnaque sur la qualité de la viande?...
    Manuel von Stürler a reçu plusieurs récompenses, comme le Prix du meilleur documentaire suisse, le 27 avril 2012, au Festival «Visions du réel» à Nyon, et surtout, le 1er décembre 2012, celui du meilleur documentaire européen de l’année à La Valette, la capitale de Malte. Ce chef-d’œuvre a déclenché des applaudissements frénétiques de la très nombreuse assistance, lors des deux projections, les 26 et 30 janvier derniers, dans le Landhaus et la Reithalle, à l'occasion des 48èmes Journées cinématographiques de Soleure.

    René HAMM
    Bischoffsheim (Bas-Rhin)

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *