Le bio et les « kilomètres alimentaires »

Faut il manger bio ? Ce genre de débat revient régulièrement en première page des quotidiens ou hebdomadaires généralistes et n’a de mérite que de semer le doute auprès des consommateurs.  Les standards existent et les produits labellisés doivent donc respecter un cahier des charges exhaustif.  Malgré l’engouement progressif pour les produits bio, il faut rappeler que l’agriculture biologique n’occupe que 2.4% des terres agricoles en France et que pour faire face à la demande, 38% des produits issus de l’agriculture biologique proviennent de l’étranger.  Avant de tenter de répondre a la question ci-dessus, il serait peut-être plus judicieux de prendre en compte un concept largement ignoré en France mais qui prend de plus en plus d’importance dans les pays anglo-saxons, celui des « kilomètres alimentaires », traduction littérale du terme anglais « food miles ».

En d’autres termes, ce terme fait référence à la distance parcourue par les produits alimentaires depuis le lieu de production jusqu’au consommateur.  Les « kilomètres alimentaires » expriment donc l’impact environnemental, ou plus précisément l’empreinte carbone, c'est-à-dire les émissions de CO2 (en g ou en Kg) générées lors du transport par aérien, maritime, ferroviaire ou routier.  Les calculs sont relativement simples pour les fruits et légumes par exemple, mais deviennent très complexes pour les produits transformés.

Une étude souvent citée et réalisée par un laboratoire allemand en 1993 a montré que la production d’un simple pot de yaourt aux fraises nécessitait … 9115km (si l’on prend en compte tous les flux logistiques impliqués dans la fabrication du pot en plastique, du couvercle en aluminium, de l’étiquette en papier, du lait, des ferments lactiques, de la confiture et de la distribution).

Source photo: la documentation française

Si l’on s’en tient uniquement aux fruits et légumes, dès que l’on commence à  évaluer un produit non plus en fonction de son prix de détail au point de distribution, mais en fonction des « kilomètres alimentaires », on comprend vite l’aberration écologique que représente la barquette de fraises ou le kilo de pommes achetés hors saison et provenant du Chili ou de la Nouvelle Zélande et transportés par avion.  Biologique ou pas, le transport de ces produits génère une emprunte carbone forcément négative.

Comment calculer les « kilomètres alimentaires » ?   En s’armant de patience et d’un tableur Excel, on peut parvenir à des estimations assez précises, sachant que le transport aérien rejette entre 570 et 1580g de CO2 par tonne kilomètre contre 30g/tonne kilomètre pour le transport ferroviaire etc.  Le site anglais Organic Linker propose un simple calculateur de distance et une estimation des rejets en CO2 par trajet mais sans tenir compte du poids individuel des articles soumis.  Une fois la distance obtenue, on peut estimer plus précisément l’impact carbone du transport de denrées grâce au calculateur canadien du Falls Group Centre.

La logique de la grande distribution et l’abondance de choix de denrées alimentaires deviennent parfois aberrant, même dans le secteur bio.  Dès qu’on commence à prendre en compte les « kilomètres alimentaires », pourquoi acheter au supermarché des tomates « bio » provenant des Pays Bas en pleine saison ?  Il n’est d’ailleurs pas impossible que les Pays Bas importent des tomates bio venant de France !

D’où l’importance capitale des marchés, des sociétés coopératives, des AMAP, des agriculteurs bio locaux qu’il faut soutenir.  Le mouvement américain des locavores s’efforce de consommer de la nourriture produite dans un rayon de 160 km maximum.  Quelle devrait être la distance maximum en Europe ? 50km ?

1 thought on “Le bio et les « kilomètres alimentaires »”

  1. Commentaire de Noelle L. (facebook)

    je suis d'accord avec cela mais tenant une epicerie qui fournit egalement du bio .Je peux vous raconter toute la galere que j'ai de pouvoir travailler avec des gens du coin.D'une part ils ne connaissent (pour la plupart)pas ce qu'est un pri...x ttc et un prix ht ensuite ils ne savent pas si ils pourront fournir beaucoup car entre les marchés les amap etc..ensuite ils ont tjrs peur de se faire enc... Alors que leur prix et le notre et que nous defendons un max le peu de producteurs avec qui l'on bosse.
    Alors nous allons chercher nos produits à 50km de notre lieu de vente..Voila malheureusement notre situation actuelle.Et nous ne faisons pas du bio pour nous enrichir mais pour qu'un max de gens puissent y avoir accés.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *