Greenpeace aborde un navire de charbon au large des côtes espagnoles

MADRID, 6 oct 2008 (AFP). Des militants écologistes de Greenpeace ont abordé dans la nuit de dimanche à lundi un navire transportant du charbon, à Gijon (nord), pour en dénoncer les effets néfastes et réclamer une réduction de la dépendance de l'Espagne envers ce combustible.

Plusieurs militants ont abordé le "Windsor Adventure", un navire de 190 mètres de long, transportant 54.000 tonnes de charbon en provenance de Colombie, tandis que d'autres ont peint sur sa coque le message "Abandonnons le charbon", selon un communiqué de Greenpeace.

L'objectif de cette opération est d'appeler l'Espagne, mauvaise élève européenne en matière d'émissions de CO2, à réduire sa dépendance énergétique au charbon, dont la combustion est "la principale cause du changement climatique", a expliqué Greenpeace.

"L'Espagne, en tant que membre de l'Union européenne, est le dernier pays concernant (le respect du protocole de) Kyoto et le quatrième consommateur de charbon", dont "il importe environ 60%" de ses besoins de consommation, a dénoncé l'organisation écologiste.

L'Espagne a ratifié en avril 2002 le protocole de Kyoto qui impose de réduire d'ici à 2012 les rejets de gaz à effet de serre.

L'abordage du "Windsor Adventure" intervient, souligne Greenpeace, alors que les pays membres de l'UE doivent entamer mardi les négociations sur un plan européen de lutte contre le changement climatique.

Greenpeace organise régulièrement des opérations de ce genre en Espagne où l'utilisation du charbon par les centrales thermiques reste l'une des principales causes de rejet de CO2, le dioxyde de carbone.

Avant sa réélection en mars dernier, le chef du gouvernement socialiste, José Luis Rodriguez Zapatero, avait annoncé que la lutte contre le changement climatique serait l'une des trois priorités de son mandat.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *