Vidéo & Cinéma

Film / Documenataire : Nos enfants nous accuseront

Un article rédigé par /

Après la vérité qui dérange, voici la vérité en face.

« J’affirme haut et fort qu’on peut produire autrement, durablement, des denrées alimentaires de haute qualité sanitaire en quantité suffisante, avec des performances économiques bien supérieures aux méthodes industrielles, pour peu qu’on cesse de remplacer les paysans sur la Terre par des molécules chimiques. » C’est par ce constat que commence le film de Jean-Paul Jaud qui sortira en salles le 5 novembre prochain

-Chaque année en Europe, 100 000 enfants meurent de maladies causées par l'environnement.

-70% des cancers sont liés à l'environnement dont 30% à la pollution et 40% à l'alimentation.

-Chaque année en France, on constate une augmentation de 1,1% des cancers chez les enfants.

-En France, l'incidence du cancer a augmenté de 93% en 25 ans chez l'homme.

Le film raconte l'histoire du village de Barjac, dans le Gard, au pied des Cévennes, où le maire a décidé de faire face en faisant passer la cantine scolaire en Bio. Ici comme ailleurs la population est confrontée aux angoisses contre la pollution industrielle, aux dangers de la pollution agro-chimique. Ici commence un combat contre une logique qui pourrait devenir irréversible, un combat pour que demain nos enfants ne nous accusent pas.

Commentaires

26 réponses à “Film / Documenataire : Nos enfants nous accuseront”

  1. J'ai été assez déçu par le film "Nos enfants nous accuseront" que je trouve très radical. Ce film ne se base pas sur des recherches scientifiques. Les seuls scientifiques interrogés sont eux-mêmes assez controversés, comme le Pr. Belpomme qui avait été rappelé à l'ordre par le conseil national de l'ordre des médecins lors de l'affaire du chlordécone aux Antilles. De son côté, le réalisateur, Jean-Paul Jaud, ne s'en cache pas : pour lui, ce film est "militant".
    Dommage. Car ce n'est pas en dressant les consommateurs contre les agriculteurs et en faisant peur que la situation va s'améliorer. L'urgence est d'aider les producteurs, et particulièrement les producteurs de fruits et légumes à faire leur métier qui nous permet de manger chaque jour. N'hésitez pas à visiter le site : http://www.sauvonslesfruitsetlegumes.fr et à soutenir le collectif Sauvons les Fruits et Légumes de France. Il y a urgence !

  2. ZAB15 dit :

    oh la la , "fruits et legumes" vous écumez ici aussi?
    On trouve votre prose sur tous les forums , les comm d'articles sur ce film..

  3. casel dit :

    Bonjour
    Pas du tout d'accord
    Pour moi ce film courageux,chaleureux et bien documenté m'a emballé et corespond tout à fait à ce que je sais,arrétons dans le pays le plus pollué d'europe et le 2e dans le monde de toujours niér l'évidence
    Vous n'avez peut etre pas autours de vous d'enfants gravement malades ou de trés agités. L'interet de ce film c'est aussi qu'il ce passe à la campagne pour une fois on parle de vrais sujets ça dérange !!

  4. Martine Voirin dit :

    Bonjour, je suis allée voir le site que "fruits et légumes" nous propose, ce ne sont pas des légumes que vous sauvez mais des molécules chimiques, vous m'écoeurez, gardez vos radis les miens poussent sans vos maudites molécules et nourrissent mes enfants

    http://www.sauvonslesfruitsetlegumes.fr/sos-terroir/pas-de-radis/

  5. Catherine dit :

    Vos "recherches" internet peuvent vous conduire sur le site de l'UIPP qui, pour contrer les arguments du film, cite le Dr Lebailly du GRECAN (Caen). Celui-ci affirmerait que les agriculteurs vivraient plus vieux que tout le monde, y compris ceux qui ne travaillent pas ... Si vous prenez la peine d'aller sur le site, il le dit effectivement mais il affirme aussi que c'est tout le contraire pour les salariés agricoles qui meurent beaucoup plus tôt que tout le monde !
    ... et le GRECAN a comme partenaire, devinez, l'UIPP mais ce pauvre docteur affirme ne pas faire l'objet de pressions de la part de ses financeurs. Ce site est toutefois très instructif. En tout cas, M. Daniel SAUVAITRE ("Fruits et Légumes"), membre de l'UMP, vos arguments sont stupides tellement il est logique que les pesticides soient biocidiques pour l'humain comme ils le sont pour la nature même en l'absence de preuves scientifiques. Ce n'est pas parce qu'on ne sait pas prouver quelquechose que cela n'existe pas. Avant d'avoir des microscopes, les microbes n'existaient pas non plus puisqu'on ne les voyait pas ! Et on a pu constater l'efficacité des scientifiques vis-à-vis de l'amiante ... Que ceux qui préfèrent rester dans la matrice profitent de leurs pommes empoisonnées par plus de 20 traitements. De toutes façons les mêmes chimistes leur vendront aussi l'antidote pour se "soigner" le restant de leurs jours.

  6. andré dit :

    Je suis prête à aider la "vraie agriculture", proche et saine. ...
    peut-on dire que des pommes qui subissent plus de 20 traitements soient sans danger?
    Oui aux fruite et légumes bon pour la santé...sans produits additifs.
    dommage que ce film soit déjà retiré des salles.

  7. catherine dit :

    les agriculteurs qui sont en contact avec toutes ces substances, en 1ère ligne savent bien que ce qu'ils passent est toxique, ils sont les 1ers à en souffrir...comme mon père, mort d'un cancer professionnel et malade jeune des poumons et du coeur, comme une amie dont 2 enfants sur 3 ont un cancer. ils ne demandent qu'une chose: qu'on les aide à faire des produits sains, actuellement ils sont dans les mains des "chimiques" et individuellement ils ne peuvent pas grand chose

  8. alphonse dit :

    Au delà de la prise de conscience, devenir paysan sans chimie signifierait pour 90% des agriculteur changer de métier. Il ne faut pas demander aux autres de faire ce que l'on aurait pas le courage de faire soi-même. En revanche si les politiques réorientaient les subventions comme il faut, le problème serait réglé. Je suis apiculteur (donc 0 subvention, comme beaucoup d'autres productions). Je peux vous dire que le grenelle de l'environnement c'est de la fumée. Il y a aujourd'hui sur le marché les pires molécules que l'on ait jamais connu, la situation est dramatique et on n'arrive même pas a avoir quelques part (ni au niveau du gouvernement, ni au niveau de l'Europe) un début d'étude sérieuse de l'effet de ces nouvelles molécules sur l'environnement.
    Je sais qu'on ne peut pas demander à un gouvernement de droite d'agir contre l'intérêt de gigantesque lobby financier (ce serait contre nature) mais qu'ils arrêtent leur cinéma. Tant que l'agriculture sera dominée par l'argent l'environnement en pâtira et la faim dans le monde progressera.

  9. Armand dit :

    Merci à Jean Paul Jaud pour le tableau qu'il nous a dressé, sans exagération, du monde où nous vivons: "vous allez avoir de meilleurs rendements ... Pas besoin de désherber!... des fruits sans taches ... Qui ne pourrissent pas !" C'est le language que l'on tient avec le petit nombre d'Agriculteurs qui restent en France,(Ils ont été remplacés par les industriels de la bouffe).Bien malin qui ne s'y aurait pas laissé prendre, mais il y en a, et c'est à eux que je dis MERCI, à eux et à ce maire courageux qui a la sagesse de prévenir les maladies que notre "agroalimentaire" imposerait aux enfants de son village. Pour ceux qui regrettent les difficultés de leur profession dans les légumes je ne saurais trop leur recommander de faire des produits sains ... Nous pourrions parler de ces problèmes des heures durant.
    Un enfant de 70 printemps élevé au sein de sa mère puis nourri par la grande ferme de ses grands parents (2 vaches ...), Armand.

  10. Bruno dit :

    Monsieur "fruits et légumes", vos enfants vous accuserons et ils auront raison, à moins que vous réserviez les produits dont vous faites la promotion sur votre site aux enfants des autres. Le film devrait être diffusé dans toutes les collectivités, la commune de Barjac est un exemple, bravo!
    On nous a berné avec l'amiante, le sang contaminé et maintenant ils veulent nous faire avaler leurs insecticides, pesticides et autres molécules de synthèse... A quand des politiques courageux qui oseront faire face à tous ces lobbies. Aux enfants de Barjac, à Monsieur le maire et son équipe municipale, à toute la population du village, respect...

  11. karine dit :

    je suis de cavaillon et j ai vu ce documentaire avec un debat a la fin . Moi qui suis dans l' alimentation puisque c' est mon metier je trouve que ce doc relate bien tout notre systeme.

    Les professionnel ainsi que les temoignage des personnes conserné ne sont pas a prendre a la legere .En cz qui conserne les agriculteurs ce n' est pas a eu qu' il faut en voulloir c' est plutot a notre politique qui nous aident pas du moment que ca rapporte au detriment de notre santé a tous .
    Moi j' ai 27 ANS et je me sent conserné par tout ca car il y a 2ans on m' a decelé un debut d' un cancer de l' uterus et je peux vous assuré que cela vous donne a reflechir surtout quand vous avez deja des enfants et que vous vous appretter a mettre vos affaire en ordre alors que vous etes jeune.
    Depuis tout va bien mais j' ai completement changé mes habitude alimentaire ainsi que celle de ma fille qui n' a que 5ans.
    QUE CE FILM FASSE LE TOUR DE LA FRANCE ....

  12. pierre dit :

    bravo pour ce film et merci !
    ceux qui disent qu'il n'y a pas de preuves scientifiques mentent volontairement !
    qu'ils se renseignent auprès des gents compétempts
    et indépendant des puissants organismes qui vendent la mort avec leurs pesticides et autres pourritures chimiques ! messieurs les politiciens de tout bords prenez vos responsabilités avant qu'il ne soit trop tard !!!

  13. Levesque dit :

    Bravo pour ce film pour moi aussi !!!
    Enfin quelqu'un qui dit tout haut ce qu'il faudrait penser tout bas (et tout haut !!!)
    Mon fils de 3 ans a un cancer du rein !!! comment expliquer que nos enfants fassent partie de la 1e génération en moins bonne santé que les générations precedentes !!!
    Ce n'est pas parce que quelque chose nous choque et nous dérange que c'est forcement faux et exagéré ! Merci à ceux qui se mobilisent pour que nos enfants grandissent sans attrapper des maladies pareilles ! Il n'est pas question de taper sur les agriculteurs, ils font leur travail et ils nous nourrissent tous ! I l est question de changer le mode de production et d'aller vers une agriculture plus respectueuse, de notre planete et de notre santé. Plus on se mobilisera, plus on plantera bio, mieux ce sera pour tout le monde ! Ca fait des siècles que l'on se passe de tout ces produits chimiques !

  14. Guy Aveyron dit :

    Film magnifiquement réaliste,sérieux et objectif. Nous ruraux voyons bien les conséquences de cette agriculture sur la flore et la faune et devinons ce qu'il peut se passer pour l'homme. Toute cette chimie est insupportable, cela ne peut durer!le maire de Barjac l'a bien compris, il doit être suivi par de nombreux autres..et que les politiques enfin se décident pour une autre agriculture.

  15. Christine Viron dit :

    Bravo pour ce film et merci à tous les lanceurs d'alerte!

    Les pesticides sont le prochain scandale sanitaire. Aujourd'hui on ne peut plus dire que l'on ne sait pas.
    Il ne s'agit pas de condamner les agriculteurs , ce sont les premières victimes. Il s'agit de se mobiliser en tant que citoyens. Et comme le dit le maire de Barjac " de faire passer sa conscience avant les comptables".

    Pour le commentaire du site "fruits et légumes", effectivement je comprends que vous n'ayez pas aimé le film, étant donné le parti-pris de votre organisation. Je cite la première de vos demandes "Un moratoire permettant la poursuite d’homologations ou de dérogations[concernant l'utilisation des pesticides], en attendant de trouver des techniques alternatives ou des matières actives de « nouvelle génération ».

    Même si beaucoup de molécules ont été interdites (Dieu merci) depuis la mise en place de la directive 91/414, il en reste énormément (plus de 1000) et le système d'homologation actuel présente de nombreuses failles. L'homologation ne garantie aucunement l'innocuité, des scientifiques comme le Pr Gilles-Eric Séralini en font la démonstration de manière imparable.
    La première faille étant la scandaleuse absence d'expertise scientifique indépendante, qui fait que les producteurs de pesticides influent directement sur les méthodes d'homologation. Le Pr Belpomme est loin d'être le seul scientifique à dénoncer cela. Les études internationales sur les impacts des pesticides sur la santé s'empilent mais on refuse de croire ce que l'on sait car cela bouscule le jeu actuel des intérêts.

    A voir aussi sur ce sujet: "le monde selon monsanto", "pesticides non merci" et "mâles en péril" diffusé récemment sur Arte.

    Courage, luttons!

  16. Durewski dit :

    Ce film a été boudé par beaucoup de salles.
    Sa diffusion parait restreinte.
    merci à tous ceux qui ayant eu la chance de le voir, partagent leurs impressions.

    Pour les autres:

    le 24 février à 21 heures en salle à Saverdun(09 Ariège), sera difffusé le documentaire de Jean Paul Jaud : "Nos enfants nous accuseront".

    Nous attendons sa programmation depuis un moment, alors que tous ceux qui le peuvent viennent encourager sa diffusion en étant présent ce soir là.

    Alain

  17. christelle dit :

    Fille d'agriculteur, déjà sensible au respect de l'environnement, adepte de la "bonne cuisine maison" et faisant pousser des légumes sans traitement dans mon carré de jardin... je ne pensais pas apprendre beaucoup de choses en allant voir ce film... et je suis pourtant tombée de haut !
    GROSSE PRISE DE CONSCIENCE... Ce film est très bien fait et ne peut pas laisser indifférent.

    C'est très bien de marquer sur les paquets de cigarettes "fumer tue", mais pourquoi ne pas marquer sur les boites de gateau et autres cochonneries industrielles : "contient des agents cancérigènes, bien connus, mais toujours autorisés !"

    Pour moi et ma famille (2 enfants en bas âge), j'ai décidé de modifier presque radicalement ma façon de consommer : produits ménagers, lessive, épicerie, produits laitiers... BIO ! Et tant pis s'il faut faire des sacrifices sur autre chose !

    Ce film devrait être diffusé très largement (et pas uniquement sur 1 ou 2 séance par salle). Toutes les municipalités, les écoles, les professionnels de santé, les PARENTS... devraient avoir vu ce film choc.

    Enfin, pour terminer, mon mari, va étudier un projet pour convertir l'exploitation céréalière de son père en exploitation bio lorsque celui ci sera à la retraite. Des aides existes pendant les années de conversion, mais il est vrai qu'il est compliqué de franchir le pas... produire bio, ça s'apprend.
    Mais il est motivé, et j'espère de tout mon coeur que son projet et celui de nombreux autres agriculteurs aboutiront pour plus de bio et moins de chimie dans nos assiettes.

  18. gollum dit :

    Je pense que si ce film est radical, c'est qu'il y a urgence ! Et aujourd'hui chacun doit prendre le parti de la santé et d'un bon environnement. Penser le contraire est stupide...
    D'ailleurs, je suis d'accord avec "fruits et légumes" : il faut aider les producteurs... mais seulement à se convertir au bio ou au moins, au raisonné.
    Car il est bien évident, qu'on peut multiplier par 4 le prix du conventionnel, si l'on enlève toutes les subventions que cette agriculture reçoit.
    Contrairement au "bio", qui eux n'ont pratiquement rien, et c'est pour ça que leurs produits sont un peu plus chers.
    Le jour où on ôtera les subventions aux producteurs conventionnels, croyez-moi, ils passeront au bio !
    Et je dis bravo à ceux qui se lancent dès maintenant car plus l'offre sera importante plus le nombre de personnes qui y auront accès grandira !

  19. Serge Lesur dit :

    Ce film sera projeté dans le cadre du festival Ciné Environnement de Sées (61) qui se déroule du 24 au 27 mars 2009.

    Le film "nos enfants nous accuseront" est programmé le jeudi 26 mars à 20 h 30 et sera suivi d'un débat. Venez nombreux au cinéma Rex de Sées.

    De nombreux autres films traitant de la protection de la nature et de l'environnement sont programmés, pratiquement tous suivis (matins, après-midi et soirs) d'un débat avec des intervenants souvent de haute qualité.

    A noter que le festival se clôturera par une conférence débat avec Jean-Marie Pelt, parrain de cette édition.

  20. luelloba dit :

    Au dela de l'analyse de ce film, est-il si compliqué de se passer de ces agriculteurs pollueurs , nous les consommateurs ?
    Est-il si compliqué de faire pousser ses salades, ses radis et ses fraises dans un petit bout de terrain , chez soi ou dans un jardin communal que pratiquement toutes les mairies françaises louent pour des sommes modiques ?
    Tous les consommateurs peuvent donc produire un minimum de fruits et légumes avec des méthodes naturelles, que l'on habite dans une ferme, un pavillon ou au cinquième étage d'un immeuble !
    Combien d'annonces trouvent t'on sur Internet sur des petits producteurs particuliers qui vendent, pour une bouchée de pain, le surplus de leur production de pommes ,de pommes de terre, etc... qui peuvent se garder plusieurs mois dans un local frais !!!
    Quand on veut, on peut et, franchement, cela prend peu de temps supplémentaire, quand on pèle une pomme, d'enlever une petite tache noire sur la peau de ce fruit qui n'a subi aucun traitement !

  21. Olivier dit :

    Bonjour à tous.
    Beaucoup de vérité sont déjà écrite dans ce forum : La pollution agricole, c’est conséquences sur notre économie, notre environnement et notre santé, notre système dépendant des lobbys de la chimie, le manque de courage ou d’intégrité de nos politiques, changer d’agriculture couterait pourtant moins cher à nos collectivités, nos agriculteurs sont aussi victimes (certains réussissent pourtant leur reconversion), … Et j’en oubli !
    Je souhaite témoigner : j’ai vu ce film, il réunit beaucoup d’informations déjà entendu ici ou là, mais je ne pensais pas être autant choqué en sortant de la projection : Il faut agir !!!
    Bravo au réalisateur, diffusez-le un maximum… Et Monsieur le maire de Barjac, mes respects. Les associations type « ciné-village » peuvent commander et diffuser ce documentaire : Réclamez-le.
    J’habite en Saône et Loire : Vignoble et élevage : Nos paysans se font leurs productions personnelles : « je n’avalerais pas ce que je vends » est une phrase très, trop souvent entendue…

    Olivier.

  22. Vincent dit :

    Salle bondée pour la diffusion du film à St Aubin du Cormier (35) ce samedi 4 avril : producteurs bio, producteurs conventionnels, élus, parents d'élèves, ... Le débat a ensuite duré + de 2 heures. La prise de conscience est là. Un vrai moment de citoyenneté.

    Pour agir, éduquer, ... il faut développer la relation offre/demande, c'est-à-dire rapprocher les producteurs bio. et les consommateurs, actuels et futurs. Les uns ne savent pas forcément à qui vendre, les autres ne savent pas forcément où acheter. CO-MMU-NI-QUER ! Localement.

  23. BONNANI dit :

    Bonjour,
    je découvre très en retard ce site et le sujet dont l'intervention de "sauvons les fruits..." n'avait et n'aura toujours qu'un but,puisque-paraît-il- il écume beaucoup de sites: la gratuité d'une auto-publicité d'un producteur de fruits (et légumes ?)dont la naïveté vénale montre de suite une photo d'un enfant mordant DANS LA PEAU une pomme!!! mauvais choix de photo: c'est le fruit qui reçoit- paraît-il- entre 10 et 20 séquences saisonnières de traitements chimiques concentrés dans la peau !!!!! Je note également sa discrétion totale après les nombreuses réactions légitimes des intervenants...

    Jo

  24. ANNIE dit :

    Merci pour ce film. Heureusement qu'il y a encore des citoyens courageux. J'étais consciente de tous les problèmes évoqués dans ce film mais quoi faire. Et bien, oui, grâce à ce film j'ai changé radicalement ma façon de m'alimenter, de nettoyer ma maison, de me laver.... et j'en parle. Car il y a urgence et l'heure n'est plus à se poser des questions mais à agir. C'est nous les consommateurs qui pouvont faire changer les choses. S'il y a des créneaux les agriculteurs, les industriels changeront. Ne trouvez-vous pas que depuis quelques temps les publicités en ce qui concerne les produits cosmétiques ont changé ?

  25. citron vert dit :

    Le film continue à tourner et à être projeté suivi de débats.
    J'ai dans mes relations des agriculteurs dit "raisonnés" qui commencent à vouloir aller visiter des fermes biologiques . C'est bien: débattons, expliquons-nous , faisons circuler les informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *