crème hydratante = cancer.. pas si vite !

Vous avez certainement vu ces derniers jours plusieurs articles pointant les résultats d'une étude américaine qui fait le lien entre crème hydratante et cancer.
Alors avant que la polémique ne se propage et que l'on fasse l'amalgame crème hydratante = cancer, voilà à quoi s'en tenir en l'état actuel des choses

Origine de l'étude

Des chercheurs de l'université de Rutgers, du New Jersey (USA), l’équipe de Yao-Ping Lu et et Allan Conney ont mené, à la base, une étude qui visait à confirmer l'hypothèse que la caféine pouvait prévenir le cancer de la peau en augmentant la mort des cellules tumorales.
Ils se sont servis de crèmes hydratantes comme moyen d'application

Méthodologie

Plusieurs fois par semaine pendant environ 4 mois, Ils ont appliqué 4 crèmes hydratantes (Dermabase, Dermovan, Eucerin et Vanicream) sur des souris glabres (sans poil) avant de les exposer à des rayons UVB

Les résultats (publiés sur Journal of investigative dermatology)

Les chercheurs ont alors constaté que l’effet cancérigène du soleil est accru par ces crèmes : la survenue de tumeurs augmentait de 69 % après l’application de crèmes alors qu'aucun changement n'était intervenu sur les souris qui n'avaient pas reçu d'application

L'étude révèle également que l'huile minérale et le sodium lauryl sulfate seraient à l'origine de cet effet cancérigène étant donné que seules les crèmes qui en contenaient produisaient cet effet.

Les réactions des scientifiques

● Selon Le Pr Carle Paul, chef du service de dermatologie à l'hôpital Purpan, à Toulouse : "Les souris sont très sensibles à l'effet des UV. Il s'agit d'un phénomène d'espèce connu de longue date. Le modèle souris n'est donc pas adéquat pour déterminer le risque cancérigène des produits à mettre sur la peau »

● Pour le professeur Jonathan Rees de l'université d'Edimbourg il serait "extraordinairement improbable que les résultats présentés soient d'une quelconque pertinence clinique". "Je pense qu'il serait fou de changer de comportement à cause d'une telle étude"

● Pour le professeur Gordon McVie, consultant à l'Institut européen d'oncologie et rédacteur en chef du site ecancermedicalscience.com, ancien directeur du centre de recherche sur le cancer du Royaume-Uni, cette expérience n'est « pas appropriée » à l'étude de causalité entre l’utilisation de crèmes hydratantes/cancers chez l'homme. « La peau des souris est tout à fait différente de la peau humaine » et cette étude « ne prouve en aucune façon que ce soit que les crèmes hydratantes sont cancérogènes chez l'homme. beaucoup d’autres études sont maintenant nécessaires pour donner suite à ces résultats imprévus et inexplicables. »

les points discutables de cette étude

● d'abord le sujet d'étude : les souris glabres qui présenteraient des réponses immunitaires cutanées anormales
● Les résultats ne seraient pas directement applicables à l'être humain : la peau des souris est plus mince et plus perméable que celle des humains.
● Les souris auraient été exposées à de très hautes doses d'UV qui dépasserait l'équivalent des doses d'UV qu'un humain pourrait absorber au cours de sa vie entière, selon certains spécialistes
● Les cancers de la peau dénoncées par l'étude, ne sont pas des mélanomes (le cancer de la peau le plus fréquent et dangereux chez l'homme) mais des tumeurs cutanées sans risque létal
● les crèmes hydratantes n'ont pas pour vocation de protéger contre les UVB, responsables de cancers de la peau De plus, il serait bon de distinguer les ingrédients incriminés car rappelons qu'une crème hydratante comme tous produits cosmétiques est composée de plusieurs ingrédients. L'étude a pointé notamment certaines huiles minérales et le sodium lauryl sulfate mais qu'en est il vraiment ?
● A noter tout de même les effets de la caféine (à l'origine de cette étude) susceptible d'augmenter la mortalité des cellules tumorales, un effet certes potentiellement très intéressant pour traiter certaines tumeurs mais quels sont réellement ses nombreux effets ? n'oublions pas que la caféine est présente dans bon nombre de produits cosmétiques (notamment les produits amincissants qui utilisent l'effet lipolytique de cette substance)

La réponse du groupe Beiersdorf (fabricant des crèmes utilisées pour l'étude)

● Le groupe souligne qu'aucun incident de ce type n'a été rapporté et rappelle également que la comparaison entre la peau des souris et la peau humaine n'est pas fiable.
● Que les crèmes hydratantes Eucerin utilisées pour l’étude sont présentes sur le marché depuis plus de 100 ans et qu’elles sont recommandées et utilisées par des dermatologues dans le monde entier (là je dois dire que cet argument ne me convainc pas... les dermatologues prescrivent des tas de produits bourrés de parabens par exemple)
● Le groupe rappelle également que les produits mis en vente sont soumis à des tests par des laboratoires indépendants. Il met surtout en cause l'exposition excessive aux UVB dans l'étude

Espérons que cette étude fera l'objet de travaux supplémentaires car en l'état il semble évident que les conclusions ne sont pas très claires ni très fiables.
Restons prudents mais ne cédons pas à la panique

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *