eau

L’eau en bouteille, pas si claire…

Un article rédigé par /

waterbottlez.jpgOn se souvient, il y a quelques mois, de publicités vantant la pureté de l'eau... du robinet. Bien qu'analysée des dizaines de fois par jour, cette eau qui coule librement des stations d'épuration aux robinets bien propres de millions de foyers n'est pas exempte de soupcons : on lui donne aisément la capacité de charrier antibiotiques, contraceptifs, et autres miracles de la médecine moderne qui dans un cycle infini passent de famille en famille par le réseau d'adduction. Même si ces suppositions ne sont que rumeur, il n'y a qu'à sentir l'eau qui s'évapore du pichet pour se nettoyer les narines au chlore... Alors, tous au supermarché, tous aux bouteilles ? Pas si sur. Un rapport de l'organisme américain Worldwatch Institute, publié cette semaine, révèle l'impact environnemental et économique des eaux en bouteille.

Alors que les pays développés la consomment par sécurité, Ling Li, auteur du rapport, souligne que l'eau en bouteille est parfois moins contrôlée que celle du robinet. De plus, "l'exploitation excessive" des sources minérales peut engendrer un tarissement des cours d'eau et des nappes souterraines. Le pompage, la mise en bouteille, l'emballage ou encore le transport représentent une dépense énergétique importante.

L'emballage nécessite des millions de tonnes de plastique. La plupart des eaux sont commercialisées dans des bouteilles en PET, dont le recyclage consomme très peu d'énergie et dont la combustion ne produit pas de chlore. Or, le recyclage de ce type de bouteille est en perte de vitesse. 23,1% des bouteilles américaines ont été recyclées en 2005 contre près de 40% dix ans plus tôt. Enfin, en ce qui concerne le prix, l'eau en bouteille est de 240 à 10 000 fois plus chère que l'eau du robinet.

"L'industrie de la boisson est la première bénéficiaire de notre obsession de l'eau en bouteille. Mais cela n'est d'aucun secours pour le nombre ahurissant des laissés-pour-compte à travers le monde, qui considèrent l'eau potable au mieux comme un luxe, au pire comme un objectif impossible à atteindre" déplore Ling Li. Selon les chiffres annocés par Worlwatch, 35% à 50% des populations urbaines d'Afrique et d'Asie n'ont pas accès à l'eau potable.

source : 

Commentaires

2 réponses à “L’eau en bouteille, pas si claire…”

  1. Lou dit :

    Bonjour,

    Concernant le dilemme eau en bouteille, eau du robinet, j'ai trouvé sur le site http://www.consoglobe.com un super article assez complet sur le sujet. Pour ceux que ça intéresse en voici le lien : http://www.consoglobe.com/cp780-1716_b-la-bataille-de-l-eau-robinet-ou-bouteille-comment-choisir-b.html

    A bientôt

  2. sophie dit :

    bonjour,

    déjà, l'eau de ton robinet ne vient pas d'une station d'épuration, les stations d'épurations traitent les eaux usées avant de les rejeter dans les courts d'eaux.
    l'eau du robinet provient des usine de production d'eau potable, qui pompe de l'eau dans les rivières ou les nappes souterraines et qui vont ensuite faire subir des traitemens à celle-ci pour la rendre potable.
    sache que seul l'eau du robinet répond aux critères de potabilité fixés par l'OMS, aucune eau en bouteille, qu'elle soit minérale ou de source n'est potable, c'est pour cela qu'il n'y a jamais écrit potable sur une bouteille d'eau que tu achètes en magasin, la potabilité ne coule pas de source!
    l'eau du robinet est controlée en continue, avant son captage, pendant son traitement et pendant sa distribution, plusieurs fois par minute, c'est le produit alimentaire le plus contrôlé, bien plus que la viande... par ce que l'eau est indispensable à la vie et de sa qualité dépend la vie!
    et pour répondre aux questions des produits chimiques, dans le traitement en usine de production, l'eau subit une étape qui s'appelle l'ozonation, l'ozone est un gaz naturel produit à partir d'O2 dans des conditions particulères à l'aide d'arcs électrique dans d'immense cuve étanche, ce gaz détruit tous les composés chimiques complexes en composés beaucoup plus simples et qui en profite aussi pour tué tous les microbes (virus, batérie), s'en suit une filtration sur du charbon actif, qui va absorber ces produits chimiques cassés et les microbes tout mort (des bactéries toutes gentilles y vivent et s'en nourissent).
    pour des raison de sécurité, et par ce que le plan vigipirate est élevé, on rajoute du chlore dans l'eau, l'équivalent d'une goutte pour une baignoire, une misère... le chlore ne donne pas de gout à l'eau, mais une odeur... qui s'en va si on la laisse dans un pichet au frigo... puis dans une eau en bouteille, il y en a autant, ça s'appelle des ions chlorure, comme le calcaire qui s'appelle calcium... mais bon...
    c'est culturelle et typiquement francais, aux USA, l'eau du robinet est beaucoup plus chloré, et pour eux, c'est un gage de qualité!
    et puis, l'eau du robinet coule en continue dans nos robinets, elle ne stagne pas, alors que l'eau en bouteille peut rester des semaine sur un parking en plein soleil, alors qu'elle devrait déjà être conditionnée dans des emballages opaque comme le lait, qu'on doit en changer régulièrement pour des raisons de santé (c'est marqué sur la bouteille!), qu'on la transporte dans un emballage qui pollue avec un camion qui pollue et dans la voiture de la famille qui pollue...
    je fais des études d'ingénieur de l'environnement à paris, et je suis curieuse, je me renseigne sur tout ce qui m'interesse pour faire mes propres choix... et entre l'eau en bouteille et l'eau du robinet, je choisit la plus sure, celle à qui on ne croit pas, celle du robinet!
    même dans les maternités ont fait les biberons avec l'eau du robinet!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *