Automobile : les constructeurs schizophrènes

renault-trafic.jpg

Les voitures propres seront-elles stars au Salon de l'Automobile, qui se tient au Parc des Expositions de Versailles ce week-end ? Tous les constructeurs ont fait de belles annonces : Peugeot - Citroen avec un C3 flex fuel (prototype) et un C4 hybride diesel (prototype), les 207 flex fuel déjà commercialisées au Brésil... Mais on reste sur sa faim, les français ne sont pas vraiment à l'heure. Seul Renault annonce des commercialisations pour l'année à venir, avec une nouveauté marquante du coté des utilitaires. Mais que valent ces engagements face à tous ces nouveaux "objets de plaisir" que sont les nouveaux modèles de 4x4 que les constructeurs ne manqueront pas de présenter, rutilants et toujours plus massifs ? Enfin, que dire du message, encore répété ce matin sur France Inter par Patrick Blin, PDG de Renault : "on ne peut pas se passer de la voiture". Ces entreprises, rappelons le, ne cherchent qu'une chose : vendre le plus possible.

Coté bonne nouvelles : dès la fin 2006, l'utilitaire Trafic sera commercialisé pour le biodiesel (motorisation 2.0 dCi B30 Euro 4 de 84 ch et 90 ch), et son grand frère le Master sortira avec le 2.5 dCi B30 Euro 4 (100 ch et 120 ch). Une version avec filtre à particules du 2.0 dCi B30 sera présentée ultérieurement. Ces moteurs pourront indifféremment fonctionner au gazole ou avec un mélange gazole / biodiesel (B30).

Courant 2007, Renault présentera également une Mégane fonctionnant au biocarburant. Ce modèle, équipé de la motorisation 1.6 16v 110 ch, pourra rouler au bioéthanol (E85) ou à l’essence. Il s’agit de la première offre bioéthanol de Renault en Europe. Coté moteur, quelques modifications ont été apportées pour 3 que ces motorisations, dérivées de blocs existants dans la gamme, s’adaptent automatiquement au type de carburant du réservoir. Légères pour le biodiesel, elles sont plus conséquentes pour le bioéthanol : réservoir, système d’injection, chambre de combustion, ligne d’échappement, etc. Depuis 2004, Renault est lui aussi présent au Brésil, exportant ses Clio et Mégane Flex Fuel, roulant au E100.

Coté étranger, la palme revient bien sur à Toyota, de son coté, déjà bien implanté : 5000 Prius hybride ont été vendues cette année en France.

Lire  le communiqué de presse : Renault poursuit ses efforts pour l’environnement

8 thoughts on “Automobile : les constructeurs schizophrènes”

  1. juste comme ca... le B30 est l'équivalent du plus connu Diester(tm)... autrement dit, il s'agit d'EMHV (Ester Méthylique d'Huile Végétale) à hauteur de 30% pour 70% de Gasoil. je vous laisse le soin des commentaires.

    notez que l'EMHV, tout comme le bioethanol (produits de faisant partie de la composition du biodiesel "B30" à la française et du E85) passent par un procédé industriel peu rentable énergiquement, souvent alimenté par de l'énergie nucléaire voire... pétrolière. De plus le M d'EMHV signifie Méthanol, produit très souvent issu de l'exploitation pétrolière.

    là encore je vous laisse juge de la qualité d'un "biocarburant" composé de 70% de gasoil pour 30% d'un biocarburant (un qui y ressemble un peu cette fois) qui a une quantité non négligeable de produits pétrolier qui entrent dans sa composition. sans compter le bilan énergétique global... et l'utilisation toujours plus intense de la centralisation de la production avec tous les coûts économiques et écologiques de transport vers les pompes !

    enfin, j'ai eu l'occasion de rouler à 100% "biodiesel" en Catalogne l'an passé... je ne sais pas si le leur était composé dans le même esprit que notre Diester national mais cela n'a absolument pas demandé de modification à mon véhicule pour fonctionner on ne peut plus normalement... si au moins nos chers constructeurs faisaient un effort réel, peut-être pourrions nous voir des véhicules adaptés à rouler à l'huile végétale carburant plutôt qu'à leur maudit B30 ou autre E85 (qui là demande une sacré adaptation mécanique par contre).

    bref, il est important de garder le moral et les bonnes nouvelles, mais ce n'est pas toujours aisé. pour aller dans ce sens, notez que le nombre de personnes demandant à leurs douanes locales de s'acquiter de la TIC sur leur consommation d'huile végétale carburant augmente sensiblement... et ça, ca fait du bien !! sûrement un des nombreux pas nous guidant potentiellement vers une prise de conscience collective et administrative de la situation en France.

  2. donc la bonne nouvelle c'est qu'on peu à la fois polluer en rejetant du CO2 et divers gaz imbrulés ou partiellement brûlés et consommer de l'eau et de l'énergie pour produire des carburants végétaux en roulant à des mélanges spéciaux.
    On se passe très bien de voiture, il suffit de la louer les rares fois ou c'est vraiment impossible de faire sans ou de prendre un taxi. ç'est beaucoup plus rentable, pour le portemonaie comme pour la planete

  3. ça doit être juteux, le diester de colza : mon voisin ultra-productiviste a redoublé d'efforts pour araser les talus et drainer les zones humides en profondeur (ce qui restait...) , "mais là, tu vas être content, l'écolo, c'est pour faire du bio-carburant..." qu'il m'a dit en rigolant du haut de son 160 CV tout neuf. Faut dire qu'il touche 50 fois plus que moi en DPU !. (IM)moralité : l'agrobusiness , les semenciers transgéniques, les fabricants de pesticides, d'insecticides et d'engrais chimiques vont pouvoir se recycler la conscience à peu de prix, avec cette nouvelle escroquerie intellectuelle que sont les bio-carburants ... Et pendant ce temps là nous autres les paysans bio , qu'est-ce qu'on a l'air con avec nos tracteurs pouraves...

  4. http://www.polution-zero.com

    Le brevet pour les États-Unis a été délivré le 24 décembre 2005, et celui pour l'Europe le 3 février 2006. Quant aux brevets pour le Canada et le Mexique, ils ont été acceptés et seront délivrés prochainement.

    Nous sommes à la recherche de distributeur local, régional, mondial.

    Des licences de fabrication sont aussi disponibles par pays et ou continent.

    Sur rendez-vous seulement : Vous pouvez aussi participer volontairement à notre programme de recherche et développement avec votre auto ou camion, que ce soit pour un moteur à essence ou au diesel.

    Tel : 1-450-431-7669 ou 1-866-809-7669

    Fax : 1-450-436-8342

    Email : fisherman@videotron.ca

  5. Bioéthanol – ce qu’il coûte et ce qu’il donne

    Il faut un peu plus d’un litre d’équivalent pétrole pour produire un litre de bioéthanol.
    Ces chiffres s’entendent depuis les labours jusqu’à la dernière distillation.
    Il faut un 1,600 litre d’éthanol pour fournir la même quantité d’énergie qu’un litre d’équivalent pétrole.
    Où est la bonne affaire ?
    Ce n’est pas parce que le monde entier déraisonne qu’on doit refuser tout effort de réflexion, quelle que soit la position sociale ou politique.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *