Challenge Bibendum : les prototypes à la fête

En matière d'automobile, les industriels aiment se faire plaisir en organisant multes compétitions, rallyes, challenges où la technique est reine. Et c'est le cas du Challenge Bibendum, évènement annuel organisé par Michelin, le célèbre fabricant de pneumatiques, qui par ailleurs est l'un des plus gros consommateurs de caoutchouc naturel de la planète (l'industrie des pneumatiques consomme 70% de la production mondiale). Le rallye des prototypes sobres était le  point d'orgue de cette manifestation qui en un weekend a suscité de nombreux commentaires, grâce aux conférences, démonstrations et expositions organisées pour l'occasion.

Mais à l'enthousiasme béat succède un réalisme effrayant des constructeurs français : on a beau faire la preuve que les voitures à hydrogène roulent, que les batteries électriques s'améliorent, que le GPL est une solution d'avenir, on sait que tous ces prototypes, pour atteindre les performances d'un simple diesel des années 70, mobilisent des laboratoires de recherche complets, et des financements astronomiques. Le patron de Peugeot lui même confirme cette difficile équation : "au-delà des technologies, il nous faut des clients qui aient envie d'acheter les voitures et qui en aient les moyens", déclarait Jean-Martin Folz, président de Peugeot Citroën. Chez Renault, on ne sent pas plus volontaire pour aller au casse pipe en investissant dans la production de modèles révolutionnaires : Les solutions alternatives au pétrole sont "de plus en plus coûteuses et il faut que cette conscience du coût soit partagée par nos clients, de façon à ce qu'ils adhèrent aux nouvelles solutions", a estimé quant à lui Jean-Louis Ricaud, directeur général adjoint de Renault. "Nous avons quelques doutes sur la capacité des clients à supporter les surcoûts que ces solutions induisent", a-t-il ajouté en évoquant le développement des moteurs hybrides diesels.

Heureusement, on ne comptera pas que sur Peugeot et Renault pour faire avancer la problématique des transports. Chez Honda, Volvo, Saab, les productions de série sont bien rodées ou en passe de franchir l'étape de la mise sur le marché Grand Public. Si les modèles hybrides ou multi carburants restent d'un cout moyennement plus élevé, ils sont une solution à envisager si l'on se penche quelque peu sur l'avenir proche des nos civilisations.
Liens :

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *