Adrian Arbib, photographe heureux

deccan_dev01.jpgOriginaire d'Oxford, Adrian Arbib parcourt le monde avec un seul objectif : ramener des pellicules de diversité, d'humanité et d'espoir. Son site en dit long sur le nombreux combats militants qu'il mène, grâce à un rigoureux travail de photographie documentaire. On commence le voyage par les nomades des steppes de Mongolie, qui utilisent un groupe électrogène... pour faire marcher la télévision. En Inde, ce sont des fragments de vie des paysans qui mettent envidence l'emprise de firmes de l'agrobusiness, comme Monsanto. à Wandsworth, en 1995/96 un écovillage s'était  monté sur un site promis au développement immobilier. En bref, un parcours du combattant pour ce photographe adepte des endroits de paix, dont on appréciera particulièrement cet article écrit en commun avec son compagnon de voyage George Monbiot, chroniqueur au Guardian, qui décrit l'experience d'écovillage de Tinker's Bubble (Somerset, Angleterre).

1 thought on “Adrian Arbib, photographe heureux”

  1. c'est une photo qui marque la dificulté de la vie paysane, a cause de la sechresse.mais c'est un effort que je le respecte ;

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *